10 mythes sur les hémorroïdes

Bien que les hémorroïdes soient une maladie courante, personne n’ose en parler librement. Elles représentent souvent une gêne ou une honte pour ceux qui en sont atteints. Avouer qu’on a des hémorroïdes devient presque tabou, et c’est la raison pour laquelle les mythes sur le traitement de cette maladie ne cessent d’accroître. Pourtant, il existe un large écart entre les faits réels et ces mythes entretenus.

La plupart d’entre eux peuvent être vraies ou avoir une part de vérité tandis que d’autres peuvent être complètement faux. Pour guérir des hémorroïdes, il faut savoir différencier ces derniers.

Seule la chirurgie peut venir à bout des hémorroïdes

Les hémorroïdes sont très courantes, surtout chez les adultes. Elles se manifestent sous forme de varices qui se logent au niveau des veines de l’anus et du rectum. On les reconnaît par les saignements dans les selles et la douleur qu’elles entrainent. Une crise hémorroïdaire se caractérise aussi par les démangeaisons qu’elle entraine au niveau de l’anus, la sensation de brûlure ou le fait de sentir qu’il y a un renflement dans le rectum et le développement d’un caillot de sang dans les cas extrêmes.

Les causes des hémorroïdes sont nombreuses, à savoir le fait d’être assis en permanence, d’être enceinte ou d’avoir accouché. La constipation est également une des premières causes des hémorroïdes. Elle favorise les crises hémorroïdaires à cause de la forte pression qu’elle provoque sur les veines de l’anus ou du rectum. Si vous n’avez pas l’habitude de faire du sport, vous pouvez également être touché par cette maladie avec le temps. Le sport permet aux veines d’être bien irriguées en améliorant le système cardiovasculaire. Manger sans faire attention est un autre facteur à prendre en compte dans l’apparition des hémorroïdes. Le fait de porter de lourdes charges en permanence ou l’obésité ne sont pas non plus en reste.

Plusieurs traitements contre les hémorroïdes existent et la chirurgie en fait partie. Cependant, l’idée selon laquelle seule la chirurgie permet de les guérir est fausse. Cependant, il faut avouer qu’un certain nombre d’hémorroïdes internes doivent être traités par la chirurgie. Il s’agit d’une opération douloureuse, à laquelle on ne récupère qu’en l’espace de deux à quatre semaines. Dans certains hôpitaux de jours, il existe des procédés qui permettent de récupérer rapidement. Mais au final, on ne recourt à la chirurgie pour traiter les hémorroïdes que lorsque les autres traitements pratiqués n’ont pas marché. De plus, une chirurgie coûte très cher et l’opération est lourde et difficile à endurer. Pourtant, elle ne garantit pas une guérison entière des hémorroïdes, ce qui n’en fait ni une solution miracle ni un traitement de premier choix contre cette maladie.

C’est surtout pour traiter les hémorroïdes au 3e et au 4e stade que la chirurgie est utilisée. Plusieurs types de chirurgies contre les hémorroïdes existent. Dans les cas où un caillot de sang s’est formé dans l’anus ou dans le rectum, une hémorroïdectomie est pratiquée. Il s’agit d’une intervention chirurgicale par laquelle on enlève les veines malades sur lesquelles le caillot s’est formé. La désartérialisation hémorroïdaire transanale, elle, est une chirurgie qui consiste à appliquer des points de suture à l’endroit de la muqueuse dans le rectum. Elle n’est pas douloureuse car la zone touchée est insensible à la douleur.

Des crèmes et pommades contre les hémorroïdes sont aussi en vente sur le marché mais leur efficacité laisse souvent à désirer. Appelées traitements locaux, elles permettent surtout d’apaiser les hémorragies et même d’arrêter les saignements durant les crises. Elles peuvent être efficaces chez certaines personnes et ne pas faire effet chez d’autres. Leur usage est surtout conseillé dans les stades moins avancés de crises hémorroïdaires.

Pour guérir, il est aussi possible de recourir à divers traitements naturels qui permettent d’éradiquer totalement les symptômes de cette maladie. Leur efficacité est prouvée, ils sont peu chers et ils n’altèrent pas le corps.

D’autres traitements dits instrumentaux sont également utilisés pour l’éradication des hémorroïdes. Ils servent surtout à guérir les hémorroïdes internes. Ils permettent de cicatriser rapidement et empêchent les vaisseaux sanguins d’être trop dilatés.  Ils sont moins douloureux que la chirurgie.

Les hémorroïdes ne peuvent pas être totalement éradiquées

Beaucoup pensent que les hémorroïdes ne disparaissent pas complètement. La plupart du temps, le traitement qu’ils ont adopté n’a pas suffit ou n’a pas été vraiment efficace pour en venir à bout, alors ils s’imaginent que cette maladie ne peut pas être entièrement traitée. Cependant, vous pouvez vous débarrasser une bonne fois pour toutes des hémorroïdes si vous adoptez le bon traitement qui permet de les combattre. Les hémorroïdes ne sont pas une fatalité et elles ne sont pas non plus permanentes.

Bien que plusieurs traitements aient été essayés, la chirurgie y comprise, les hémorroïdes peuvent être combattues même après des années d’échec dans leur traitement. Les crises d’hémorroïdes peuvent également être contrôlées, il suffit juste de changer ses habitudes alimentaires et son style de vie et de mieux gérer le stress. Une fois que vous avez découvert les facteurs de la maladie, il est judicieux de les traiter. Cela peut parfois mieux fonctionner que de traiter les symptômes de la maladie eux-mêmes.

Le cancer du colon peut être provoqué par les hémorroïdes

La plupart du temps, les hémorroïdes résultent d’une constipation. Lors de la défécation, si vous tendez à pousser longtemps ou à passer du temps sur la chaise des toilettes, vous pouvez finir par contracter des hémorroïdes. Ce n’est pourtant pas une raison pour penser qu’elles provoquent le cancer du colon, un mythe qui se propage partout. C’est au niveau du rectum ou de l’anus que les hémorroïdes se forment, sous forme de veines. Le cancer, lui, se manifeste par des cellules dont la taille grandit continuellement. Il s’agit donc de deux choses totalement différentes et non connectées.

Les gens tendent à penser que les hémorroïdes aboutissent au cancer du colon car ces deux maladies ont des symptômes en commun. En effet, ils font tous les deux saigner le rectum, ils rendent les gens constipés et ils les amènent à aller aux toilettes après que leur intestin ait fait un mouvement quelconque. Pour dissiper la confusion, il est à rappeler que la constipation provoque des hémorroïdes alors que le cancer du colon, lui, provoque la constipation. Une consultation médicale vous permettra d’obtenir un diagnostic fiable en cas de doute.

Certaines hémorroïdes peuvent se loger dans l’anus

Deux catégories d’hémorroïdes existent : celles qui se trouvent en dehors de l’anus appelées hémorroïdes externes et celles qui se trouvent dans l’anus qu’on appelle hémorroïdes internes. Habituellement, ce sont les hémorroïdes externes qu’on remarque le plus vite. Il arrive parfois, dans des cas graves, que les hémorroïdes internes sortent hors de l’anus. Il est aussi possible d’avoir des hémorroïdes internes sans qu’on les voit. L’apparition des symptômes susmentionnés doit alerter tout un chacun et nous conduire à nous faire traiter pour éviter toute complication.

Consulter un médecin reste le moyen le plus fiable pour être sûr qu’on a des hémorroïdes internes. Puisqu’elles ne sont pas visibles, il faut regarder à l’intérieur de l’anus pour être sûr de leur existence. L’anuscopie est le procédé par lequel on peut les voir. Les hémorroïdes internes sont souvent trompeuses car elles ne causent pas de douleur au début. Elles sont donc facilement assimilables à une simple constipation. Ce n’est qu’avec le temps que des douleurs apparaissent au niveau de la paroi intérieure de l’anus.

Manger de la nourriture épicée peut provoquer des hémorroïdes

L’alimentation a des conséquences sur l’organisme humain. Les hémorroïdes, dans certains cas, peuvent résulter de la consommation de nourritures épicées. Ces dernières causent des diarrhées qui forcent le rectum à se tendre. Cet effort du rectum peut conduire à l’apparition des hémorroïdes. Cela ne suffit pourtant pas pour affirmer que tous les aliments épicés provoquent des hémorroïdes. C’est au niveau de l’habitude alimentaire que cela se passe. Si vous ingérez de la nourriture épicée en grande quantité et en permanence, il est possible que vous soyez atteints de cette maladie au fil du temps.

Ce sont surtout les aliments transformés qui ne contiennent pas du tout ou qui contiennent peu de fibres qui peuvent entrainer l’apparition des hémorroïdes. Si vous avez des crises hémorroïdaires, il est conseillé de ne pas manger des aliments épicés ni du piment. La carence en eau peut également conduire à des cries d’hémorroïdes. Ne pas boire suffisamment d’eau ou être alcoolique peut entraîner une déshydratation qui conduit à son tour à la constipation et peut finir par provoquer des hémorroïdes. Bien boire peut donc aussi éviter les crises.

Les saignements des hémorroïdes peuvent transmettre la maladie

Les hémorroïdes internes peuvent ne pas entraîner des saignements. Ce sont surtout les hémorroïdes externes qui les provoquent. Les gens tendent à penser que ces saignements peuvent transmettre la maladie aux autres. Vous pouvez être rassuré : on n’attrape pas des hémorroïdes sur les chaises des toilettes ou durant les rapports sexuels. En d’autres termes, entrer en contact avec les saignements provoqués par cette maladie ne permet pas de la contracter.

En effet, comme nous l’avons mentionné plus tôt, les hémorroïdes sont des veines gonflées qui se trouvent soit au niveau du rectum, soit au niveau de l’anus ou même au niveau des deux. Il n’existe pas de virus ni d’infection bactérienne qui les provoque, ce qui ne les rend donc pas transmissibles. Cependant, il est préférable de traiter rapidement les hémorroïdes car elles peuvent être irritées et ainsi conduire à une infection.

Les gènes ou l’hérédité peuvent causer des hémorroïdes

On dit qu’une maladie est héréditaire lorsqu’elle se transmet d’une génération à une autre. Elle est génétique lorsque ce sont les gènes qui subissent une altération. Une maladie génétique est dite héréditaire lorsqu’on la contracte d’une génération à une autre. Actuellement, aucune preuve clinique n’a été fournie sur l’hérédité ou le génétisme des hémorroïdes. On a tendance à croire que cette maladie est génétique et/ou héréditaire car tous les membres d’une même famille peuvent en être atteints.

Ce préjugé est pourtant faux, une explication logique et rationnelle permet de l’enrayer. En effet, tous les membres d’une même famille peuvent avoir des hémorroïdes s’ils adoptent le même style de vie. À titre d’exemple, s’ils ont l’habitude de manger beaucoup de viandes et à un rythme fréquent, s’ils ne font pas tous du sport ou s’ils sont souvent sous pression, ils peuvent très bien contracter cette maladie. C’est en changeant leur alimentation et leur façon de vivre qu’ils pourront calmer leurs crises hémorroïdaires.

Les hémorroïdes peuvent être causées par les voitures et les bains chaudes

Le fait de s’asseoir en permanence peut conduire aux hémorroïdes. Cependant, le siège chaud des voitures ne les entraînent pas. Les bains chauds ne sont pas non plus la source d’hémorroïdes. Au contraire, nombreux sont ceux qui calment leurs crises hémorroïdaires en prenant des bains chauds. Ce procédé est simple, gratuit et efficace.

On s’y prend en réalisant un bain de siège dans sa baignoire ou dans une bassine. Le bain de siège consiste à tremper l’arrière-train dans une eau chaude pendant une durée précise. Habituellement, un bain de siège peut durer entre 5 à 15 mn. Lorsque vous prenez un bain de siège, vous devez laisser vos jambes hors de l’eau. Le bain fonctionne mieux si vous arrivez à tenir vos genoux en position relevée. Attention toutefois à la température de l’eau. En effet, l’endroit touché par les hémorroïdes affiche une sensibilité face aux températures trop fortes. Veillez donc à bien régler la température de votre eau chaude. Il existe une autre alternative efficace au bain de siège, qui n’est autre que les compresses chauffantes. Ces compresses chauffantes ont été expressément conçues pour soulager les crises d’hémorroïdes.

Seuls les hommes sont atteints par les hémorroïdes

Un autre mythe très répandu dans le monde entier et qui s ‘avère entièrement faux est celui de penser qu’il n’y a que les hommes qui sont touchés par les hémorroïdes. Ce préjugé est faux étant donné que les hémorroïdes ne choisissent ni les hommes ni les femmes. Les gens âgés de plus de 45 ans sont les plus sujets à cette maladie, hommes et femmes confondus. On a tendance à penser qu’elle ne touche que les hommes car selon les statistiques, ils sont les plus nombreux à la contracter.

Un homme sur deux est atteint de crises d’hémorroïdes au moins une fois dans sa vie. Dans certains cas, les enfants peuvent aussi être touchés par les hémorroïdes. Les adultes doivent faire très attention aux symptômes. Les crises hémorroïdaires peuvent être très douloureuses pour un enfant et le faire énormément souffrir. Si vous avez des enfants et qu’ils souffrent de démangeaisons ou de sensation de brûlure au niveau de l’anus, il peut s’agir d’une crise hémorroïdaire. Les remèdes naturels peuvent suffire à les calmer ou à les faire disparaître.

Seules les femmes sont touchées par les hémorroïdes

Les préjugés naissent souvent de ce qu’on voit le plus fréquemment dans notre entourage ou dans la société dans laquelle on vit. C’est sûrement de cette manière qu’est né le mythe selon lequel les hémorroïdes ne touchent que les femmes. Ce dernier est complètement faux étant donné que ce sont plutôt les hommes qui les contractent le plus d’habitude.

Ce préjugé vient sûrement du fait que les femmes enceintes ou qui ont accouché ont souvent des hémorroïdes. Elles finissent par être touchées par cette maladie du fait qu’elles subissent une pression croissante au niveau pelvien, qu’elles sont souvent constipées et qu’elles font beaucoup d’efforts en accouchant. En plus, les épisiotomies peuvent aussi conduire aux hémorroïdes.

La constipation, les changements hormonaux, la hausse du volume sanguin ou encore la prise de poids du bébé dans le ventre de la femme enceinte sont autant des facteurs qui favorisent les hémorroïdes. La prévention est la meilleure des solutions durant la période de grossesse. Manger beaucoup de fibres, bien s’hydrater et marcher souvent et quotidiennement sont des méthodes de prévention efficaces. En cas d’apparition de symptômes hémorroïdaires, un médecin sera le plus à même de réaliser un diagnostic rapide de ces derniers et d’aider la femme enceinte à recouvrer un corps en bonne santé. Elle doit donc avertir rapidement le médecin qui la suit.

Dans tous les cas, que les hémorroïdes touchent les enfants, les hommes ou les femmes, c’est le fait de prévenir que de guérir qui importe le plus. Le sport et l’alimentation équilibrée sont des moyens de prévention de premier choix. La gestion du stress est une autre solution qui permet de gérer les crises hémorroïdaires. Si vous ressentez des douleurs similaires à celles que nous avons décrites; le premier geste à faire est de consulter un proctologue pour confirmer les symptômes des hémorroïdes.

Les mythes sur les hémorroïdes ne sont pas forcément véridiques. La plupart du temps, ils servent à effrayer les gens plus qu’à les rassurer. Il est donc mieux de se renseigner le plus possible sur cette maladie pour éviter d’agir inconsciemment ou d’avoir peur pour peu de choses.

About the Author

Leave a Reply 0 comments

Leave a Reply: