Category Archives for "Divers"

Soigner les veines gonflantes dites hémorroïdes

Retrouvées chez plusieurs personnes d’âge différent, les hémorroïdes sont des veines qui se sont gonflées et qui provoquent des douleurs au niveau de l’anus et du rectum. Il existe deux méthodes bien différentes pour soigner les hémorroïdes, dont la médecine moderne, qui utilise des médicaments et les chirurgies. Ces dernières sont  une méthode naturelle qui utilise les bienfaits de la nature.

Ces deux méthodes ont leurs spécificités et leurs inconvénients.

Les traitements médicamenteux pour guérir les hémorroïdes

Après une première consultation chez votre médecin de famille, plusieurs médicaments seront prescrits afin de soulager et guérir les hémorroïdes.  Parmi elles, nous retrouvons des pommades à usage externe et locale, des crèmes, des suppositoires et des compléments naturels. Elles sont la plupart du temps des médicaments qui ne font que soulager la douleur et apaiser les démangeaisons causées par l’irritation. La majorité de ces produits sont à base d’hydrocortisone et de benzocaïne, qui sont les bases de médicaments peu recommandées à long terme. Si vous souffrez de démangeaisons, vous pouvez recourir à des produits vendus en vente libre comme les onguent, les crèmes et suppositoires. Il existe aussi des produits connus sous le nom de Préparation H qui ne contiennent ni de l’hydrocortisone ni de la benzocaïne mais de l’huile de foie de requin. Ces préparations H ont peu d’effets sur la douleur. Les médecins conseillent toutefois plusieurs médicaments anti-douleurs mais ces derniers peuvent provoquer des saignements ingérables. Nous vous conseillons alors de ne jamais prendre des anti-douleurs comme les Ibuprofène, l’Advil, le Motrin, ainsi que les aspirines. N’utilisez  jamais  des médicaments contenant de la codéine et des narcotiques, du fait qu’ils provoquent facilement la constipation. Lorsque les hémorroïdes externes deviennent trop aigues, elles se transforment en thrombose hémorroïdaire et nécessitent une intervention chirurgicale. On parle d’hémorroïdes thromboses lorsqu’un caillot de sang s’est formé.

Dans ce cas, le chirurgien, par anesthésie locale enlève une petite partie autour de l’anus. Mais attention, cette intervention doit être effectuée  au plus tard 4 jours après diagnostic.

Les interventions chirurgicales pour guérir les hémorroïdes internes

Pour traiter les hémorroïdes internes, la ligature élastique est une technique très utilisée, mais cependant ne convient pas à tous les patients. Avec un appareil à ligature, le chirurgien pose une petite bande élastique au niveau de la veine dilatée. Cette technique permet de bloquer la circulation sanguine et de rétrécir les hémorroïdes qui finissent par se décomposer. Des saignements peuvent survenir trois ou quatre jours après l’intervention. Néanmoins, des complications peuvent survenir, le patient peut souffrir de douleurs, de  seconde réapparition des hémorroïdes et d’infections mais ces cas sont très rares. La seconde est la méthode de coagulation qui vise à éliminer les hémorroïdes par les rayons infrarouges dirigées vers les veines, afin de créer une protubérance. Par conséquent, les veines se rétrécissent et le sang cesse de circuler. Il y a aussi les traitements sclérosant ou Sclérothérapie qui consiste à injecter un produit chimique à la base des hémorroïdes pour les endurcir et les faire rétracter. Enfin, on retrouve l’Hémorroïdoctomie, l’intervention la plus utilisée quand les hémorroïdes deviennent trop grosses. Elle consiste à enlever une partie des tissus endommagée. Elle est l’intervention la moins risquée mais nécessite par contre une très longue récupération.

Les remèdes naturels pour soigner les hémorroïdes

Les remèdes naturels sont nombreux. Pour cela, vous pouvez utiliser des plantes et des herbes comme la Molène, le thé millefeuille et la teinture de Calendula. Vous pouvez aussi  mettre en pratique  les astuces pour prévenir les hémorroïdes telles que les bains de siège et le sport.

Les plantes et les herbes au cœur de la médecine naturelle

La molène est une plante reconnue pour ses vertus en soulagement. La molène appliquée sur les hémorroïdes permet de gérer la respiration quand les crises hémorroïdaires surviennent. La feuille de molène facilite une cicatrisation rapide et l’assèchement des tissus externes. Pour l’employer, vous avez le choix entre humidifier les feuilles, les bouillir ou les préparer en infusion. À part la feuille de Molène, nous retrouvons au sein de la grande famille des remèdes traditionnels, la feuille de Calendula, dont la teinture soigne vite les brûlures et les inflammations. Les crèmes obtenues à partir de la Calendula sont quant à elles appliquées directement sur les tissus endommagées par insertion dans le rectum. Enfin, nous avons le thé millefeuille. Ce thé a pour propriété de diminuer le gonflement des veines et d’estomper les douleurs et les démangeaisons. Boire le thé de millefeuille permet également de lutter contre la constipation qui est l’une des causes principales de l’apparition des hémorroïdes.

Les astuces pour éviter ce problème

Pour ne jamais avoir des hémorroïdes, il suffit de suivre les conseils suivants et les appliquer dans votre vie quotidienne. Tout d’abord, l’alimentation est une chose principale qu’il faut toujours tenir en compte. Il est capital de se nourrir d’aliments riches en fibres car ils garantissent une bonne digestion et une bonne santé des intestins. Ensuite, il est important de boire au moins 6 verres d’eau par jour, grâce à une bonne hydratation les selles se ramollissent et sont mieux évacuées. Puis la pratique du sport lutte beaucoup contre l’apparition de ce problème gênant. Le sport aide les  intestins et l’appareil digestif à être dynamique. Facile et économique, il peut se pratiquer seul et chez soi. Parmi ces sports nous pouvons citer la marche, les exercices abdominaux et les exercices de Kégel. En outre, la fatigue, le stress et le manque de sommeil favorisent les hémorroïdes car le corps humain s’affaiblit et n’arrive plus à se protéger des agressions. Pour terminer, le sommeil est très important car c’est durant ce moment que les cellules se régénèrent et se remettent en place. Dormir et se reposer peuvent ainsi contribuer à lutter contre la crise hémorroïdaire. Il s’avère aussi que les papiers hygiéniques sont à la base de ce problème. Souvent secs et rugueux, ils irritent et provoquent des démangeaisons au niveau du rectum. Changez alors vos papiers hygiéniques par des serviettes humides ou des lingettes bébé humides sans parfum, douces et sans alcool.

Comment traiter les hémorroïdes ?

Les hémorroïdes sont une maladie incommodante qui peut nous poursuivre pendant un certain temps sans qu’on en trouve la solution. Pourtant, la manière de les traiter varie d’un cas à un autre et chaque méthode peut faire ses preuves. Naturels, médicamenteux ou chirurgicaux, les traitements contre les hémorroïdes ne manquent pas. Le traitement naturel reste pourtant l’option privilégiée de par son efficacité prouvée, son moindre coût et l’absence d’effets secondaires qu’il promet.

Mieux vaut prévenir que guérir les hémorroïdes

À la base, les hémorroïdes se manifestent sous forme de veines enflées à l’intérieur ou à l’extérieur de l’anus ou du rectum. Elles sont douloureuses et provoquent des saignements et une difficulté à se soulager dans les toilettes. Leur cause première reste la constipation. Or, cette dernière est causée par une mauvaise habitude alimentaire et au manque de pratique sportive. Ainsi, prévenir ou vaincre la constipation permet de soulager les hémorroïdes.

De ce fait, nous suggérons un traitement naturel et économique qui vous permettra de prévenir les hémorroïdes mais aussi de prendre soin quotidiennement de votre corps. Il s’agit du changement d’alimentation et du sport. Désormais, il vous est conseillé d’ingérer de la nourriture riche en fibres et de faire régulièrement du sport. Si vous n’avez pas d’hémorroïdes, ces pratiques peuvent vous éviter ce trouble. Si vous en êtes déjà atteint, vous pouvez soulager les crises hémorroïdaires et empêcher leur récurrence grâce à ces remèdes naturels.

Les aliments riches en fibres sont nombreux et ont de nombreuses vertus. Les légumes verts tels que les haricots verts et les courgettes, les pois et les féculents ont une très forte teneur en fibres. Ils peuvent être consommés en quantité sans crainte de prise de poids car ils ont la faculté de vous débarrasser de la mauvaise graisse et ne contiennent pas de cholestérol. Veillez toutefois à boire régulièrement de l’eau pour qu’ils fassent l’effet escompté, c’est-à-dire faciliter le transit des intestins, ramollir les selles et empêcher la constipation et l’apparition des hémorroïdes.

Le sport est la deuxième pratique conseillée pour prévenir ou soulager les crises hémorroïdaires. Une activité physique et sportive pratiquée au quotidien permet de maintenir votre corps en bonne santé et d’éviter ou de soulager les hémorroïdes. Même une marche quotidienne d’une trentaine de minutes peut faire la différence. Le yoga ou l’aquagym sont aussi très efficaces.

Hémapro, une solution naturelle contre les hémorroïdes

Toujours dans le ton des remèdes naturels contre les hémorroïdes, les crèmes et pilules Hémapro sont réputées et reconnues pour leurs bienfaits. Elles ont pour vertu principale le soulagement des gênes et démangeaisons causés par ce trouble, la diminution de l’inflammation ainsi que l’amélioration du flux sanguin.

Hémapro permet de prévenir et de guérir les hémorroïdes que ce soit sur le plan interne ou externe. Le traitement est à base de combinaison de pilules et de baume et dure un mois. Les pilules Hemapro Pills sont un complément alimentaire et servent à prévenir l’apparition des hémorroïdes. Elles agissent en améliorant le système digestif et ciblent la région péri-anale. Elles permettent une réduction de l’inflammation ainsi que de l’œdème produit par les crises hémorroïdaires.

Quant au baume Hemapro Cream, il permet de soulager instantanément les hémorroïdes. Cette crème a un effet calmant qui lui permet également de rafraîchir la zone anale. Son action astringente lui permet d’améliorer les vaisseaux sanguins et participe à la restauration de la peau détruite par les hémorroïdes. Hemapro Cream contient du Legactif qui a la propriété de soulager les douleurs provoquées par les hémorroïdes. En sus, ce baume permet aussi de faire cicatriser plus rapidement la zone détériorée par cette maladie.

Les solutions médicamenteuses et chirurgicales

Il arrive que les remèdes naturels susmentionnés ne parviennent pas à bout des hémorroïdes au stade avancé telles que la thrombose. Dans ce cas, des solutions à base de médicaments peuvent être prescrites par votre médecin. En cas de forte douleur, il existe des médicaments analgésiques tels que l’acétaminophène. Ce dernier est à prendre par voie orale. On peut également recourir à des analgésiques topiques que l’on applique directement sur la zone affectée par les hémorroïdes.

Les cas graves tels que la thrombose nécessitent souvent une intervention chirurgicale. Pour ce faire, une anesthésie locale pour prévenir contre la douleur est recommandée. Elle consiste souvent en une ablation, c’est-à-dire à l’enlèvement d’une partie de la peau autour de l’anus. Les veines atteintes par la thrombose sont également retirées. Ce type de chirurgie est pratiqué pour empêcher la récurrence des hémorroïdes externes au stade avancé.

Pour les hémorroïdes internes, différentes opérations chirurgicales sont proposées. La ligature élastique, à titre d’exemple, est une chirurgie courante dont les résultats ne font pourtant pas l’unanimité car ils dépendent de chaque cas. La ligature élastique consiste en la pose d’une petite bande élastique sur la base de la veine dilatée par les hémorroïdes. Cela permet un blocage de la circulation sanguine et conduit au rétrécissement puis à la décomposition totale de l’hémorroïde.

La sclérothérapie est une autre intervention chirurgicale fréquemment utilisée. Il s’agit d’une injection de produit chimique directement à la base de l’hémorroïde. Celle-ci deviendra dure et se rétractera peu à peu jusqu’à sa disparition. Quant à l’hémorroïdectomie, elle est pratiquée en cas d’hémorroïdes de grande taille. Le chirurgien use d’un bistouri pour retirer une part de la peau sur laquelle les hémorroïdes se situent. Elle se fait sous anesthésie générale et son efficacité dépasse celle des opérations précitées. Toutefois, elle nécessite un temps de rémission assez conséquent pouvant aller jusqu’à trois semaines.

En somme, les hémorroïdes, bien qu’inconvenantes, peuvent être traitées chez soi par des méthodes naturelles très efficaces. Les crises peuvent être calmées et même stoppées par un changement de style de vie. Il vous est donc conseillé de manger beaucoup de fibres, de faire régulièrement du sport, de boire beaucoup d’eau et de ne pas prendre l’habitude de vous asseoir trop longtemps, surtout sur le siège des toilettes. Ce n’est qu’en cas d’inefficacité de ces méthodes naturelles ou en cas d’aggravation des hémorroïdes que le recours à la chirurgie est conseillé.

Le régime Paléo, pour mieux traiter les hémorroïdes

Tout le monde a des hémorroïdes. Il s’agit de plusieurs veines situées autour de l’anus. Les crises hémorroïdaires surviennent quand les veines se dilatent de façon anormale et permanente. Il s’agit de plusieurs veines situées autour de l’anus. Mais comment les soigner ?

Comment les soigner ? Cette pathologie est très courante et peut affecter aussi bien les hommes que les femmes. Selon les statistiques, un Français de plus de 50 ans sur deux est victime de la pathologie.

Les hémorroïdes sont des groupes de veines enflées ou dilatées se trouvant aux deux zones de l’anus. Les hémorroïdes externes se trouvent entre le sphincter, et la peau de l’anus, en bas. Les hémorroïdes internes par contre se trouvent un peu plus en amont. Normalement, le gonflement des hémorroïdes permet au rectum de se fermer de manière plus étanche.

Les maladies hémorroïdaires surviennent quand il a un relâchement des ligaments qui les retiennent. Les hémorroïdes internes descendent jusqu’à l’anus en emportant la muqueuse. C’est le phénomène de prolapsus hémorroïdaires. Il arrive que les hémorroïdes saignent, mais elles ne sont pas douloureuses. Cependant, les hémorroïdes externes présentent parfois des dilatations excessives, du fait qu’un caillot de sang peut obstruer le vaisseau. Ce qui favorise parfois les douleurs hémorroïdaires.

Les causes de l’hémorroïde sont multiples

Plusieurs facteurs peuvent favoriser l’apparition des crises hémorroïdaires. La position assise trop longtemps dans les toilettes, ou la longue marche peuvent favoriser des complications comme la thrombose interne ou externe. Quand un caillot obstrue la veine, il arrive que les douleurs deviennent très intenses et ne s’arrêtent que quand le caillot est retiré. Les sports trop intenses, la constipation, ou la grossesse sont l’un des facteurs qui favorise le gonflement des veines hémorroïdaires.

Les troubles hémorroïdaires peuvent apparaître à tout moment. Son développement varie selon les individus. Il arrive que des bébés développent également des hémorroïdes, même s’il est encore dans le ventre de sa mère. Près de 1 personne sur 25 suivent des traitements pour ce genre de problème au moins une fois dans sa vie. La maladie hémorroïdaire est une pathologie assez gênante, ce qui dissuade ceux qui en sont victimes de consulter. Près de 1 personne sur 25 suivent des traitements pour ce genre de problème au moins une fois dans sa vie. D’une part, les patients hésitent à consulter et d’autre part, les médecins ne prennent pas le temps de bien diagnostiquer la maladie. Selon une étude, près de 50 % des personnes souffrant d’hémorroïdes sont mal diagnostiquées, du fait qu’il s’agit parfois d’une fissure anale, d’un abcès anal, d’une fistule, des végétations anales, ou du prolapsus du rectum.

Comment prévenir et soulager la crise hémorroïdaire ?

L’alimentation

Changer d’habitude alimentaire est recommandé si vous voulez guérir l’affection ano-rectales. Le régime paléo est l’un des régimes alimentaires à prendre en considération dans le traitement des hémorroïdes. En effet, le régime paléo est basé essentiellement sur des aliments riches en fibres.

Les fibres rendent les matières fécales plus molles. Elles ont la capacité d’absorber l’eau, afin de transformer et de rendre les selles beaucoup plus fines. De cette manière, il est beaucoup plus facile de les expulser, et de minimiser les pressions subies par les vaisseaux sanguins se trouvant en bas du rectum.

Les fibres permettent aux bactéries probiotiques de survivre. Ces bactéries transforment les selles en une matière beaucoup plus légères. Vous devez prendre conscience que vous devez ingérer beaucoup de fibres, dont le son et le blé, pour améliorer votre transit intestinal. Une fois dans l’estomac, elles suivent les sucs gastriques.

Pour le traitement des hémorroïdes, le mieux est de consommer des fibres solubles, qui se trouvent dans les légumes à feuilles verts, et dans les fruits, même s’ils ne contiennent qu’une faible quantité. Les fibres qui se mélangent avec les aliments, permettent de maintenir le sucs gastriques, afin de faciliter la digestion et que les aliments puissent descendre dans l’appareil digestif. Sachez que si vous souffrez d’une maladie hémorroïdaire, vous devez au minimum manger 5 fruits et légumes frais par jour. Si cette habitude alimentaire ne vous est pas familière, pensez à prendre du probiotique tels que le « Nexabiotic 20-Strain Mutli-Probiotic » avec votre régime. Le plus important est de manger tous les jours une petite quantité de bactéries vivantes, comme la choucroute ou les kimchi frais. Évitez de consommer des aliments en boite ou en conserve. La consommation de yoghourt avec des cultures de bactéries vivantes est également recommandée.

Le mieux est d’intégrer les bactéries vivantes dans votre tube digestif avant de consommer des aliments contenant de la fibre. Consommez au moins 1 ou 2 portions de légumes durant les quatre premiers jours. Pour le cinquième jour, vous devez minimiser la consommation de bactéries vivantes si vous commencez à être nauséeux ou que vous souffrez de brûlures d’estomac, de ballonnements ou de gaz. Après les trois premiers jours, vous sentirez déjà que votre digestion est beaucoup plus légère, moins douloureuses et que vous avez moins de saignements. Les symptômes diminueront au fur et à mesure, sans que vous ayez utilisé des traitements médicamenteux.

Prenez le temps de consulter votre médecin, si vous remarquez des traces de sang assez sombres sur le papier toilette. Cela indique qu’il y a un problème dans vote appareil digestif.

La consultation

Il ne faut pas hésiter à consulter son médecin dès qu’il y a des traces de sang suspectes sur les papiers toilettes. Il faut se rendre tout de suite à l’hôpital si vous ressentez une soudaine et une violente douleur abdominale surtout au côté bas de l’abdomen.

Le traitement des hémorroïdes par les nouvelles techniques de chirurgies ont un taux de réussite de plus ou moins 90%. Il en est de même pour l’utilisation de radiations pour réduire les dilatations des hémorroïdes. Mais, le changement d’habitude alimentaire est toujours recommandé, surtout que cette méthode est également efficace dans les 90% des cas. Il est vrai que cela prend plus de temps que les traitements médicamenteux ou les opérations chirurgicales. Mais avec de la patience, il se peut que vous vous débarrassiez de votre maladie hémorroïdaire en quelques semaines avec le régime paléo. La guérison se fait lentement et naturellement.

Quelques astuces pour vous aider à réduire vos hémorroïdes

C’est une question que se posent toutes les personnes victimes de cette maladie. Il faut l’admettre, les hémorroïdes ne sont pas mortelles, mais très gênantes, que peu de personnes osent en parler. Pourtant, le fait de se taire sur la maladie ne la résout pas. Au contraire, cela pourrait les aggraver, d’autant plus que les symptômes alliés à l’hémorroïde peuvent cacher d’autres maladies beaucoup plus graves. Voici quelques astuces qui vous aideront à ne pas souffrir en silence.

– Ne plus utiliser des papiers toilettes

Malgré le fait que les papiers hygiéniques sont devenus presque indispensables dans la vie quotidienne, il faut comprendre qu’ils ne sont pas recommandés chez les personnes ayant des problèmes d’hémorroïdes. En effet, les papiers toilettes peuvent aggraver la pathologie. Le frottement peut renforcer les irritations de la muqueuse. Il est mieux d’utiliser des lingettes pour bébé, qui sont beaucoup plus doux pour la peau. Vous pouvez également vous nettoyer avec des serviettes en coton humide.

– Utilisez de la glace pour refroidir les hémorroïdes

C’est l’une des meilleures façons de réduire les hémorroïdes. Attention, il ne faut pas appliquer la glace directement sur la peau, il faut l’envelopper dans un torchon propre. Vous devez faire le traitement au minimum 3 fois par jour, pendant 10 minutes. Le froid permet en effet, de diminuer l’inflammation des veines. Il faut ensuite réchauffer la zone, car l’alternance entre le chaud et le froid facilite le rétrécissement des hémorroïdes.

  • Prendre un bain de siège

Les bains de sièges vous aident à mieux supporter les douleurs et les démangeaisons. Vous n’êtes pas obligé de vous mouiller complètement. Vous pouvez mettre de l’eau chaude dans une cuvette. Le but est que le niveau de l’eau atteigne vos hanches. L’utilisation de savon parfumé est à proscrire quand vous souffrez d’hémorroïdes, du fait que les produits chimiques qu’ils contiennent peuvent favoriser l’inflammation de la peau. Pensez à vous sécher correctement avec une serviette en coton après le bain. Il est important que la peau reste au sec pour minimiser les risques d’inflammation.

Ne plus porter des vêtements serrés

Les vêtements trop serrés confinent les veines rectales et anales. Il ne s’agit pas uniquement des sous-vêtements, l’on parle ici des vêtements trop moulants qui peuvent créer des pressions inutiles sur les veines. Les hommes devraient choisir des slips et des boxers beaucoup plus larges, alors que les femmes doivent éviter de porter des jeans trop serrés. Il faut oublier les vêtements synthétiques, car cela peut renforcer les irritations de la peau. Le mieux est de porter des vêtements en coton. Le string est à bannir de la garde-robe. Il est conçu en matière synthétiques et les ficelles qui le constituent peuvent entrainer des pressions inutiles. Les lésions peuvent s’aggraver avec les frottements. De manière générale, les vêtements trop serrés ne permettent pas au système sanguin de fonctionner correctement.

Ne jamais se retenir

Il est vrai que les crises hémorroïdaires peuvent être traumatisantes, surtout si les douleurs sont vraiment intenses lors de la défécation. Mais le fait de se retenir pour éviter ce traumatisme favorise la constipation, qui n’est pas très recommandé chez les personnes souffrant de la pathologie. Cela renforcera davantage les douleurs, alors que vous devrez déjà faire des efforts pour expulser les selles. Cela crée d’importantes pressions sur les veines.

Il faut comprendre que le mécanisme de défécation est commandé par deux réflexes. Le recto-rectal et le recto anal. Le premier se déclenche de manière involontaire quand le volume de selles atteint 50 cm3. À ce stade, le reflexe-recto anal peut contrôler l’envie d’aller aux toilettes. Si le volume atteint les 300 à 350 cm 3, alors l’envie d’aller aux toilettes se fait déjà ressentir. Plus le volume augmente, plus les pressions le sont également. Le plus important quand vous avez un problème d’hémorroïdes est de minimiser les pressions le plus possible, et d’aller aux toilettes dès que l’envie se fait ressentir. Le fait de se retenir ne vous aidera en rien, quand vous souffrez de crises hémorroïdaires.

Comprendre le régime paléo et ses bienfaits sur la santé

Ce régime n’a rien à voir avec les autres régimes minceurs traditionnels. Il permet de perdre du poids, et aide à améliorer la santé en général, mais également les performances sportives. C’est le régime idéal pour soigner votre maladie hémorroïdaire naturellement.

Pour perdre du poids naturellement

La pathologie survient suite à une importante pression exercée sur les veines qui se trouvent sur la zone anale et le rectum. Il est important pour les personnes victimes d’obésité ou de surpoids de réduire au minimum cette pression, et la perte de poids paraîssent être la solution la plus efficace.

Le mode d’alimentation moderne favorise le stockage de graisse dans le foie et les muscles. Ce qui entraîne la résistance à l’insuline, l’apparition du diabète et la prise de poids.

Le régime Paléo vous aide à changer complètement d’habitude alimentaire. Il vous permet de perdre du poids de façon naturelle et d’une manière beaucoup plus saine. Il vous aide à maigrir facilement sans la sensation de faim dont souffrent les personnes qui pratiquent des régimes amaigrissant trop drastiques. Vous perdez vos kilos en trop, sans faire trop d’efforts. D’après une étude scientifique, suivre un régime paléo pendant près de quatre semaines vous permet de soulager votre foie et de le décharger de ses graisses. Il agit également sur l’état de santé en général.

Avant de commencer le régime, vous devrez calculer votre IMC (indice de Masse Corporelle). Cet indice permet de déterminer la répartition de votre poids selon votre taille. Le résultat du calcul déterminera la corpulence, et les nombres de kilos en trop chez les adultes.

Pour prévenir certaines maladies

Le développement des recherches scientifiques a permis de découvrir que la mauvaise alimentation est la cause de plusieurs maladies, les crises hémorroïdaires. Le développement des recherches scientifiques a permis de découvrir que la mauvaise alimentation est la cause de plusieurs maladies, les crises hémorroïdaires. Le fait d’adopter le régime Paléo, vous permet de minimiser les symptômes des maladies, mais il prévient également l’apparition d’autres pathologies.

– le syndrome Métabolique et insulinorésistance

La période d’insulinorésistance est très fréquente chez les personnes obèses. Le pancréas n’arrête pas la sécrétion d’insuline, même si les récepteurs n’arrivent plus à les assimiler. Il s’agit là du phénomène d’insensibilisation. De ce fait, malgré cela l’organisme n’ingère pas le glucose même avec l’insuline. Les cellules sont alors sous-alimentées. Le glucose circule librement dans le sang et dans le système lymphatique. Ce phénomène provoque l’hypersécrétion d’insuline par le pancréas. Les cellules pancréatiques finissent par s’épuiser après quelques années. L’intolérance en glucose se traduit par un diabète de type 2.

Le régime paléo se base sur la diminution de la consommation de glucide. Il consiste à augmenter la présence des protéines, des fibres alimentaires et des acides gras Oméga 3 dans l’alimentation. Cela permet de rééquilibrer la sensibilité à l’insuline et de minimiser son taux dans le sang.

– Les maladies cardiovasculaires

Le cholestérol est une molécule de la Famille des lipides qui sont présents dans les aliments, surtout pour ceux d’origines animales. Il y a deux types de cholestérol : le bon ou le HDL cholestérol, et le mauvais ou le LDL-cholestérol. Les LDL sont très mauvais pour la santé. Ils bouchent les artères, alors que les HDL les épures en supprimant les dépôts lipidiques de mauvaises qualités. Le régime paléo réduit la consommation de sucres raffinés de céréales et de féculents, afin de favoriser l’augmentation du taux de HDL et réduire le nombre de molécules de LDL. Le régime paléo aide à la lutte contre les maladies cardiovasculaires.

– Amélioration de l’équilibre acido-basique de l’organisme et l’état de santé

L’alimentation moderne est très acide, contrairement au régime paléo. Ce régime peut favoriser l’équilibre acido-basique de l’organisme. Le régime paléo assure le bon fonctionnement des métabolismes, et améliore la santé en général. Il faut comprendre que le régime paléo est avant tout, un mode de vie. Il vous aide à mieux contrôler vos envies de grignoter et les malbouffes. Si vous les éliminez de votre habitude alimentaire, vous donner à votre organisme plus d’énergie pour mieux fonctionner ainsi qu’un meilleur sommeil.

– Effet positif sur le diabète

Le régime paléo serait meilleur que le régime méditerranéen pour minimiser les résistances à l’insuline, surtout pour les diabètes de type 2, selon les scientifiques.

Minimiser les risques de maladies cardio-vasculaires

Selon les études scientifiques, les personnes qui vivaient au paléolithique sont des populations de chasseurs et de cueilleurs qui ne souffraient pas de problèmes cardio-vasculaires ou de crises cardiaques. Ainsi, les experts en nutrition estiment que le régime paléo est très bénéfique pour la santé du cœur et pour la santé en général.

Prendre un bain de siège contre les hémorroïdes

Le fait d’avoir de l’hémorroïde est un problème que tout le monde considère honteux. Ainsi, ce sujet reste tabou, que chacun refuse d’en parler ouvertement. Mis à part le fait que c’est une chose sale, elle est extrêmement douloureuse. De plus, tout le monde croit que cela ne le concerne pas directement. De même, les images qui circulent sur internet, illustrant ce trouble des vaisseaux sanguins ne font que faire peur les gens et les induire en erreur. Malencontreusement, vous vous identifiez sans y faire attention. Reconnaissez que vous vous êtes déjà dit qu’un bouton anodin sur votre front est le début d’un cancer de la peau. Tout cela, car internet vous a tellement rempli la tête par des informations inutiles que vous ne savez plus où vous en êtes. De ce fait, vous finissez par y croire. Contrairement aux idées reçues, l’hémorroïde n’est ni un trouble, ni une maladie. C’est donc un abus de langage de le considérer ainsi. Mais pour mieux comprendre et analyser les choses, on va le considérer comme tel pour éviter toutes confusions. Toutefois, en voyant ces images, vous pouvez ne pas y croire et passer à côté d’un bon diagnostic. Pour bien le cerner donc, il vous faut comprendre certains points qui vous seront indispensables.

Parmi eux, ce que c’est vraiment une hémorroïde et ses symptômes. Quels sont les facteurs qui l’ont engendré ? Comment le soigner d’une façon simple et naturelle ? Ci-après les réponses à vos questions.

L’hémorroïde et sa définition

Comme mentionné déjà en amont, les hémorroïdes sont un groupement de vaisseaux sanguins qui se trouve dans la région de l’anus. Pour plus de précision, elles se trouvent sous la peau et sous la muqueuse de cette dernière. Elles sont présentes chez tout un chacun dès son plus jeune âge. Elle touche donc près de 50 % de la population. Ressemblant à des coussinets, la douleur se fait sentir lorsque ces vaisseaux se gonflent et se dilatent de façon anormale. C’est ce qu’on appelle communément, une crise hémorroïdaire. En général, cette crise n’a pas de symptôme apparent, mais sa découverte se fait par hasard. Toutefois, les plus fréquents sont les douleurs importantes, les démangeaisons, et les gênes. Un saignement important aussi est à remarquer lors de la défécation. Il est potentiellement important et de couleur rouge vif. Généralement, c’est la constipation qui l’accompagne ou l’aggrave si celle-là est fréquente. Soulignez aussi qu’il existe deux types d’hémorroïdes. L’un se situe à l’intérieure du corps, c’est-à-dire qui se trouve à l’avant des muscles de l’anus. Elle se remarque par un saignement lors de votre passage aux toilettes. De même, il y a aussi le prolapsus hémorroïdaire. C’est une saillie des hémorroïdes à l’extérieur de l’anus. Des symptômes gênants, mais qui entraînent aussi des douleurs. Ces dernières passent par 4 stades de gravité. Le premier est une hémorroïde interne sans prolapsus. Le second sailli lors d’un effort ou de la défécation, mais se rétracte spontanément. Le stade trois se présente comme le précédent, mais la rétractation se fait manuellement. Le dernier stade est la saillie en permanence. Quant à l’autre hémorroïde, cela s’agit d’une thrombose. Elle se traduit par une formation de caillot de sang dans les hémorroïdes et se stagne à l’intérieure. Elle devient par la suite tuméfiée, bleutée et dure au toucher. Il peut se produire qu’une douleur très intense peut vous empêcher de vous asseoir. Le caillot disparaît généralement de lui-même en quelques jours, parfois avec des saignements importants.

Ces derniers s’appellent rectarrogie. Les raisons à cette formation d’hémorroïde peuvent être multiples. Mais elle est cependant le résultat d’une cause à effet des efforts que vous faites subir à votre plancher pelvien. Effectivement, les hémorroïdes surviennent lorsque vous faites un effort entraînant une pression sur votre plancher pelvien. Cela peut être un accouchement pour les femmes, ou l’obésité, voire une constipation fréquente.

Le bain de siège, un traitement naturel contre les hémorroïdes

Si vous êtes victime de problèmes d’hémorroïdes et que vous aimez les traitements naturels, une technique simple existe afin de résorber et soulager les symptômes, qui n’est autre que celle du bain de siège. Cette méthode est issue de l’hydrothérapie. Cela signifie un soin par l’eau. Une technique qui est en passe de redevenir un moyen populaire de combattre le problème. Il consiste à tremper vos fesses dans l’eau pendant un laps de temps. Pour ce faire, il vous faut une bassine de 10 à 20 cm de profondeur. Vous devez adopter la position assise lors de ce bain. Ainsi, vos pieds doivent être à l’extérieur et devront être à plat, tandis que vos genoux relevés. Une position confortable est donc recommandée pour vous soulager au mieux. Sachez que le bain de siège est aussi une manière de nettoyer la région qui se trouve autour de l’anus. Cela évite aussi l’irritation de votre peau. Pour ce qui est du matériel, un bidet, une bassine ou une cuvette à disposer dans les toilettes fera bien l’affaire. De ce fait, pour plus de simplicité, disposez d’une cuvette sur vos toilettes et alimentez-la continuellement en eau chaude. L’excès d’eau va directement dans vos toilettes. En ce qui concerne la durée et la fréquence de votre bain de siège, il est recommandé de le prendre entre 2 à 4 bains par jour. Chaque bain étant d’une durée de 5 à 15 min. Cela peut se faire après un passage aux toilettes si possibles et au moins 1 h 30 après un repas. Il est à noter qu’un bain de siège trop long ou qui dépasse les 4 bains par jours risque d’ajouter un problème de plus. En effet, en dépassant cette durée et cette fréquence, vous risquez un problème de peau à vos hémorroïdes donc, n’en abusez pas. Il est aussi nécessaire de régler la température de votre bain. Ce point est un sujet à discussion et les conseils des médecins varient selon chacun d’eux. Certains conseillent de prendre un bain de siège froid, d’autres un bain chaud. D’autres encore recommandent une alternance entre bain de siège froid et bain de siège chaud ou encore un bain de siège tiède. Sur ce point, il y a donc autant d’instructions qu’il y a d’avis sur la question.

La plus recommandée est un bain de siège à l’eau froide. Cela, car il produit non seulement un soulagement de la douleur dû à l’anesthésie, mais aussi une rétractation des vaisseaux sanguins. Cette dernière est aussi appelée vasoconstriction. De plus, il stimule la circulation sanguine. De même, il reste la meilleure solution pour soulager les sensations irritantes et les douleurs causées par les crises hémorroïdaires si vous n’avez rien d’autre sous la main. En outre, les médecins déconseillent les bains de siège chauds. Cela, car ils provoquent une vasodilatation, ce qui entraine par la suite une crise des hémorroïdes. Mais aussi, vous ne devez pas négliger les risques de brûlures que cela engendre. De même, il fragilise la membrane de l’hémorroïde et par la suite, celle-ci est sujette à infections, surtout vu l’endroit où elle se trouve. Toutefois, beaucoup de personnes y trouvent du soulagement surtout quand celui-ci est suivi d’un bain froid. D’ailleurs cette alternance de chaud et froid se fait en 3 étapes. Vous devez commencer par un bain froid puis un bain chaud et enfin un autre froid. Vous ne devez pas alterner ces bains trop longtemps, mais juste quelque minutes de chaque. Pour ce faire, vous devez alors disposer de deux bassines avec l’une froide et l’autre chaude. Par ailleurs, le bain de siège tiède est choisi par la majorité des patients. Cela, car il est plus agréable, mais n’en reste pas moins la meilleure solution. En effet, cet effet apaisant est souvent inférieur à celui de l’eau chaude. Afin de bien choisir la température de votre bain alors, il n’y a rien de mieux que de les essayer tous. D’ailleurs, c’est ce que recommandent les médecins. Ce qui est mieux c’est de commencer par les bains froids vu les vertus qu’il apporte au soulagement de votre mal. Si cela ne fonctionne pas et que vous avez plus de mal que de bien, interrompez votre bain ou changez de température si cela devient insupportable ou inconfortable. Sachez que le fait de procéder ainsi vise à soulager et non à empirer les choses. Le résultat doit donc être instantané, mais si ce n’est pas le cas, vous devez passer à autre chose. Pour plus d’efficacité donc, utilisez des produits naturels à base de plante.

Les produits de bain de siège à choisir

En effet, il existe beaucoup de plantes naturelles à associer à votre bain de siège, mais le plus répandu est l’hamamélis. De part ces vertus anticoagulantes et anti-inflammatoires, il est le seul produit qui est loisible à ajouter dans votre eau de bain. Pour ce faire, infusez 5 à 10 g de feuilles par litre d’eau bouillante pendant 5 à 10 min. Ensuite, filtrez le bien et laissez refroidir. Enfin, une fois qu’elle est tiède, ajoutez-le dans votre bain. Ceci dit, vous pouvez aussi utiliser des écorces de chaîne séchées. Pour cela, ajoutez 100 g de ceux-là dans 1L d’eau bouillante pendant 15 min. Filtrez-le après et laissez refroidir avant de l’incorporer dans votre bain. À noter que ces écorces sont recommandées en cas de saignement des hémorroïdes. De même pour la citronnelle, elle agit sur la tension artérielle. Il est vrai qu’elle n’a pas d’effet direct sur les hémorroïdes, mais le but ici est de diminuer la pression artérielle et par conséquent de diminuer aussi celle de l’anus. Faites bouillir 5L d’eau avec les feuilles fraîches ou sèches, cela dépend de vous. Filtrez le tout et laissez refroidir avant de l’ajouter dans votre bain de siège. Sachez qu’un mélange des trois est aussi recommandé pour un bain plus complet. Faites seulement attention à ce que votre eau reste claire. Il vous faut donc bien la filtrer en veillant à ce qu’aucun débris n’y soit. Néanmoins, ces ajouts ne sont pas indispensables, mais cela vous évite d’utiliser du savon, ce qui est absolument non recommandé pour éviter toute infection des hémorroïdes. Concernant l’efficacité des bains de siège, certes, il soulage momentanément les douleurs et les démangeaisons, mais il ne reste certainement pas un traitement à part entière. Vous pouvez juste les considérer comme un traitement symptomatique. De ce fait, ils ne dispensent certainement pas ni votre visite chez le proctologue ni le traitement de votre problème.

Le bain de siège, comment le prendre ?

Le bain de siège se répand de plus en plus de nos jours. C’est un traitement qui ne nécessite pas de médicaments à de nombreux problèmes de santé. Mis à part le fait qu’il traite les problèmes d’hémorroïdes, il est aussi utile pour les femmes après l’accouchement, contre les infections de prostate, des fissures vaginales ou anales et bien d’autres encore. Mais il n’est pas toujours évident de bien le faire, surtout si on est débutant dans le métier. En effet, cela peut s’avérer facile à vue d’œil, mais des étapes sont à prendre en considération pour que le traitement soit efficace. Comme mentionné auparavant, vous devez vous munir d’une bassine, d’un seau ou d’une cuvette, voire d’une bassine à incorporer sur vos toilettes. Celles-ci sont munies de la capacité d’ajouter continuellement de l’eau chaude à votre bain. Ceci dans le but d’éviter que votre bain se refroidisse au moment où vous l’utilisez. De plus, vous pouvez en trouver dans toutes les pharmacies à prix modique. Ensuite, remplissez-la de façon à ce qu’il recouvre vos fesses, notamment au niveau de la hanche pour être plus précis. Faites votre choix en ce qui concerne la température de votre eau, mais tâchez de ne pas utiliser de l’eau trop chaude pour éviter tout risque de brûlure, ou de l’eau très froide. Si vous optez pour cette dernière, elle devrait être fraîche et non glaciale, mais si vous êtes courageux, vous pouvez ajouter des glaçons, cela ne vous fera pas de mal. Puis, tachez aussi de bien respecter la durée et la fréquence de votre bain de siège. Cela dans le but d’obtenir plus de résultats que d’ennuis. Pour ce faire donc, ne dépassez pas les 5 à 15 min par jour. Vous devez aussi vous en tenir à 4 bains maximum dans la journée. Faites-le dans le cas du possible après que vous ayez déféqué et 1 h 30 après le repas. Enfin, une fois que vous sortez de votre bain, veillez à ce que la zone et ses alentours soient séchés avec une serviette en coton propre et doux. Celle-ci doit être par la suite lavée avec un savon de Marseille. Évitez les papiers hygiéniques quand vous vous séchez, car ils ont été traités avec des produits chimiques.

En bref, avoir des hémorroïdes fait partie des situations les plus désagréables. Non seulement c’est extrêmement douloureux et inconfortable, mais c’est aussi un sujet dont on n’ose pas parler ouvertement. Cependant, des traitements existent, mais le choix dépend de tout un chacun. Qu’il soit médicamenteux ou naturel, il vous faut choisir le bon pour ne pas entraîner d’autres complications. Mais rien de tel qu’un traitement naturel et ancestral pour guérir plus vite et efficacement. D’ailleurs c’est le cas des bains de siège. Ils sont à la fois apaisants et soulageant. Certes, vous avez encore des choix à faire en ce qui concerne la température de l’eau à utiliser, mais le mieux est d’opter pour un bain froid. Si vous êtes le plus courageux des hommes ou si vous avez pris l’habitude de faire du cataplasme avec des glaçons, vous pouvez même rajouter des glaçons dans votre bassin pour plus d’efficacité. Cela, car ces glaçons empêchent les nerfs concernés d’envoyer des signaux au cerveau. De même, le bain de siège avec de l’eau froide a une capacité de diminuer la pression artérielle, ce qui favorise le soulagement des douleurs et des démangeaisons. Par ailleurs, peu de médecins préconisent le bain de siège à l’eau chaude. Cette dernière cause une vasodilatation des vaisseaux sanguins. De ce fait, ceux-ci augmentent de pression, et les douleurs et les démangeaisons apparaissent. De plus, l’eau chaude fragilise la membrane des hémorroïdes, entraine des infections et la rend apte à attraper toutes sortes de bactéries surtout que ces hémorroïdes se trouvent dans une zone délicate. Le bain de siège à l’eau chaude n’est donc pas la meilleure des solutions à prendre en compte. Mais vous pouvez par contre alterner les deux. Pour cela, vous devez disposer de deux bassines pour que l’écart de temps entre les deux ne soit pas trop long. Opter pour un bain à l’eau tiède et les effets que cela apporte ne sont pas permanents que l’effet de l’eau froide. En somme, pour faire le bon choix parmi ces 4 méthodes, le mieux est de tâtonner et de consulter votre proctologue pour plus de précision. Une fois que vous vous êtes fixé, rajouter des plantes médicinales dans votre bain. Le mieux est d’utiliser l’hamamélis, car il est à la fois anticoagulant et anti-inflammatoire. La citronnelle et les écorces de chaîne séchée sont aussi recommandées. Faites les bouillir dans de l’eau et suivant le dosage qu’on vous a prescrit. Un mélange des trois est aussi faisable pour un résultat efficace, mais tachez de bien vérifier que vous avez bien filtré le tout pour éviter que des débris se mêlent à votre bain. Il est à souligner que le fait d’éliminer les irritants alimentaires vous aide aussi à ne pas trop souffrir et à éviter les crises. Cela inclut le piment, l’alcool, les épices fortes, voire le café même si celui-là est décaféiné.

Soin contre les hémorroïdes

Les hémorroïdes et les douleurs qu’il apporte peuvent se soigner à l’aide des traitements oraux ou locaux avec certains médicaments. Chaque traitement peut vous donner des résultats rapides et efficaces.

Que peut-on savoir sur l’hémorroïde ? Est-elle soignable ou non?

L’hémorroïde est une maladie identifiable selon les symptômes et peut être soignée rapidement avec les méthodes traditionnelles et naturelles. Aussi, elle est une maladie douloureuse et  incontrôlable qui se situe au niveau de l’anus et le rectum. Elle peut se distinguer en 2 cas, soit interne ou externe. Tout d’abord, l’hémorroïde interne est une veine située à l’intérieur de la paroi anale sur la partie basse du rectum. Elle est la plus difficile à repérer du fait de son invisibilité apparente. L’hémorroïde interne est identifiée par les symptômes, à savoir le saignement qui est la première indication d’une crise hémorroïdaire interne, qu’elle soit douloureuse ou pas. Le saignement se montre sur vos selles ou bien sur votre papier toilette. Ce premier signe d’hémorroïde interne peut encore être soigné. Ensuite, contrairement à l’hémorroïde interne, l’hémorroïde externe est facile à discerner vu qu’il est visible à l’œil nu au niveau externe de l’anus. Les deux cas d’hémorroïdes peuvent tous se soigner en consultant des médecins ou bien en suivant les méthodes traditionnelles et naturelles qui sont très rapides et vraiment efficaces.

Les soins et astuces de grand-mère contre l’hémorroïde

Les traitements de grand-mère consistent en un traitement naturel utilisé à l’époque. Ils peuvent présenter une méthode efficace contre l’hémorroïde. En effet, il existe différents types de remède naturel pour calmer votre hémorroïde. Principalement, il y a les méthodes de grand-mère les plus anciens, à savoir l’huile d’olive qui est à appliquer sur la partie anale avant de se coucher pour mieux dormir la nuit. Ensuite, la figue que vous devez faire bouillir dans l’eau avant de le manger le soir. Pour cela, il est préférable que vous mettiez 3 figues sèches dans l’eau. Autrement, il y a aussi l’orme rouge, l’aloès, la passiflore et la vigne rouge qui sont praticables les unes que les autres pour apaiser les douleurs provenant des symptômes de l’hémorroïde. En outre, il existe d’autres astuces naturelles  les plus aboutissants, comme la camomille qui est la plus récente de tous vu ses années d’expérience mais qui s’est révélé vite du fait de son efficacité. Le marronnier d’inde anti-inflammatoire et la pulpe de citrouille qui est aussi utilisé pour des soins naturels contre l’hémorroïde.

Traiter naturellement son hémorroïde

Les plantes naturelles sont faciles d’accès pour soigner votre hémorroïde. En général, on vous propose des remèdes naturels qui sont adaptés pour soulager votre douleur provenant des symptômes. À cela, il y a les cyprès anti-inflammatoire avec des noix qui sont utilisés en phytothérapie et des cônes pour apaiser votre hémorroïde. Ils se présentent sous forme de teinture mère, d’EPS, et de tisane. Ensuite, il y a aussi le gingko biloba exploité par la médecine traditionnelle grâce à ses aspects thérapeutiques depuis l’antiquité. Il a aussi le pouvoir d’atténuer votre hémorroïde. En autre terme, vous pouvez aussi opter pour la vigne rouge sous forme d’EPS, qui est un remède traditionnelle contre les crises de l’hémorroïde comme l’irritation et la brûlure. La vigne rouge est d’action rapide au cas de douleur intense. Aussi, l’hamamélis est utilisé en phytothérapie pour sa qualité astringente et anti-inflammatoire, générant une bonne coagulation du sang.

Les médicaments pour l’hémorroïde

Pour lutter contre les douleurs provenant de l’hémorroïde, divers médicaments vous sont disponibles. En effet, vous pouvez les trouver en forme de crème et de suppositoire. Certains médicaments sont en principale composés de l’hydrocortisone ou de la benzocaine. Ce qui fait la différence de la Préparation H, conçu spécialement par l’huile de foie de requin, n’est autre que ses composants. Ce dernier évite la dégradation de la douleur incontrôlable. En outre, si la douleur est ressentie intensément, vous pouvez opter pour le médicament analgésique. Sur ce point, l’acétaminophène tylenol et l’analgésique topique se consomment à voie orale. On peut les trouver en vente libre comme les anesthésies à base de lidocaine. Apparemment, si vous cherchez plutôt des médicaments capables de diminuer la pression dans les veines pour l’atténuation de la douleur, on vous conseille un onguent composé généralement de nitroglycérine ou de niféduipine. Ces médicaments peuvent être inscris sur une ordonnance. Ils présentent tous des effets actifs pour alléger votre démangeaison.

Que peut-on savoir sur les traitements locaux de l’hémorroïde ?

Les traitements locaux sont des traitements rapides pour soulager les douleurs de l’hémorroïde. Ils se présentent sous forme de pommade et de crème, en vente libre dans les pharmacies comme l’anti-hémorroïdaire qui est utilisé au cas où la douleur est moins intense. En général, vous pouvez l’employer avec un vasculoprotecteur qui contient des extraits végétaux de rôle tranquillisant. C’est une anesthésie locale anti-inflammatoire qui ne risque pas de donner un effet secondaire tant que le traitement est à courte durée. Autrement, pour bien s’assurer que les douleurs causées par l’hémorroïde s’arrêtent vite, vous pouvez également l’accompagner avec un traitement oral. En d’autre terme, pour éviter l’inflammation durant la poussée hémorroïdaire, vous pouvez penser à utiliser des crèmes composées de corticoïde, dont l’efficacité est en action rapide pour apaiser votre douleur. Sur ce point, son utilisation ne doit pas être de manière prolongée. Ainsi, le traitement local assure d’alléger votre douleur rapidement et sans inconvénient néfaste.

Comment se présente les traitements oraux de l’hémorroïde ?

Le traitement oral est l’une des méthodes les plus efficaces pour arrêter les symptômes de l’hémorroïde. En effet, que votre hémorroïde soit interne ou externe, les Phlébotoniques vous sont suggérer afin de rendre la douleur moins intense. On vous propose de vous renseigner auprès de votre médecin ou pharmacien avant l’usage. Tout d’abord, il existe les anti-inflammatoires non stéroïdiens qui sont crées dans le but d’adoucir la douleur en cas de thrombose hémorroïdaire ou de formation de caillot de sang très douloureux dans la veine hémorroïdaire. Ensuite, les antalgiques mineurs sont proposés sous forme de traitement oral comme le paracétamol, le doliprane, et l’efferalgan. Il faut noter que sur ce traitement, l’aspirine est dangereuse puisqu’elle empire encore plus les saignements. Enfin pour les femmes enceintes, on vous conseille plutôt les Phébotropes à la place des anti-inflammatoires non stéroïdiens qui peuvent affecter votre santé ainsi que celle de votre bébé.

Traitement des hémorroïdes : ce qu’il faut comprendre

Le terme « avoir des hémorroïdes » sous-entend souvent que l’on souffre de problèmes hémorroïdaires. Il faut comprendre que tout le monde a des hémorroïdes. Il s’agit d’une formation veineuse de l’anus. C’est en effet un réseau de vaisseaux sanguins entrelacés qui se situe autour de l’anus. Vous souffrez de maladie hémorroïdaire quand ces veines commencent à gonfler de manière permanente, ou dès qu’il y a des manifestations anormales comme des saignements, des douleurs ou des sensations de démangeaisons. Cette pathologie peut concerner les hommes que les femmes, mais également les enfants.

Elles sont parfois bénignes, et se traitent facilement. Il arrive cependant, que les crises hémorroïdaires sont très douloureuses. Voici comment les traiter.

Les hémorroïdes sont faciles à soigner même avec des remèdes naturels. C’est quand il y a une complication qu’il faut recourir aux traitements médicamenteux ou à la chirurgie.

Les conseils et soins de base

L’hygiène est très importante dans le traitement des hémorroïdes. Il est important que la zone anale reste toujours propre. Pour cela, n’hésitez pas à prendre une douche tous les jours. Vous devez également vous laver ou utiliser une lingette pour bébé après tous les passages aux selles. Il ne faut pas utiliser de savon quand vous nettoyez cette zone. Vous devez également éviter l’utilisation des papiers toilettes parfumés, car cela favorise l’irritation de la peau. Si vous ressentez une sensation de démangeaison, il ne faut en aucun cas se gratter. Appliquez-y des compresses froides, durant une dizaine de minutes.

En cas de descente d’hémorroïdes ou la formation d’un caillot, vous devez effectuer un bain de siège avec de l’eau chaude pendant 10 à 15 minutes, au minimum trois fois par jours. Le bain de siège permet de soulager les douleurs. Il existe également à la pharmacie ou dans des boutiques spécialisées des petits bains que vous pourriez installer dans les toilettes. N’ajoutez pas de savon dans l’eau. Après le bain, prenez le temps de vous assécher directement. Vous devez ensuite y appliquer des poudres non parfumées pour que la peau reste au sec.

Préférez les sous-vêtements en coton. Évitez au maximum le lycra, l’acrylique et les matières synthétiques qui ne permettent pas l’évacuation de l’humidité.

Minimisez les pressions subies par les veines anales. Pour cela, limiter la pratique d’activité trop violente et la position assise prolongée.

Aussi, limitez la pratique d’activité trop violente et la position assise prolongée.

–  Adoptez une alimentation saine

Votre alimentation a son importance dans le traitement des hémorroïdes. La constipation et l’excès de poids sont l’un des facteurs qui provoquent d’importantes pressions sur les veines.

Ainsi, si vous êtes en surpoids, vous devez obligatoirement faire attention à ce que vous mangez. Vous devez prendre les mesures nécessaires pour réduire votre poids afin de minimiser les pressions que subissent les veines anales. Le régime Paléo est l’un des régimes à suivre pour perdre du poids naturellement et sainement.

Pour éviter les constipations, préférez les aliments riches en fibre, tels que les fruits, les légumes, les céréales et les pains complets. Vous devez également vous hydrater au maximum. Il faut respecter la réglementatio de boire au minimum 1,5 litre d’eau par jour. Le plus important, c’est que vous vous hydratez suffisamment, surtout durant les périodes de chaleur. Cela vous évitera des problèmes de constipation.

Il y a également d’autres règles d’alimentation à suivre pour faciliter le traitement des hémorroïdes. Vous devez réduire la consommation des plats trop épicés, les plats à emporter riche en condiments et épices, les plats préparés contenant beaucoup de matières grasses, et les plats qui ne contiennent pas suffisamment de fibres et de nutriments. Vous devez également limiter les consommations d’alcool et de café, car ils peuvent augmenter l’intensité de la douleur.

Votre règle de vie à suivre est simple : mangez équilibré et mangez sain.

– Bien choisir les exercices physiques à pratiquer

Le sport est excellent pour la santé. Il aide à la perte de poids et facilite la lutte contre les crises d’hémorroïdes. Le sport est également excellent pour le flux sanguin, dont les veines anales. Il est inutile de pratiquer des sports trop violents, vous pouvez par exemple faire de la marche, et aide à la détente des muscles des membres inférieurs, dont les muscles de la région pelvienne. Cela permet de réduire la pression que subit l’anus. Il est également possible de faire des sports qui renforcent les muscles du périnée, ainsi que des exercices de respiration. Le but des activités physiques n’est pas d’empêcher les crises hémorroïdaires, mais d’améliorer votre respiration afin de vous aider à mieux les supporter durant les crises.

Il y a cependant des sports que vous devriez éviter, surtout ceux qui sont trop violents. L’équitation et le vélo sont également à éviter, car ils procurent d’importantes pressions sur les veines anales, une chose que vous devrez éviter à tout prix.

Il est à noter qu’en cas de crises hémorroïdaires, il faut éviter de faire n’importer quel sport. Vous devez vous détendre et éviter toute situation pouvant provoquer des stress. Si vous devez faire absolument du sport, pratiquer de la marche lente pendant une vingtaine de minutes. Les crises ne durent que quelques jours, vous permettant de reprendre votre activité sportive après.

– Recourir aux médicaments

Dans certains cas, les démangeaisons peuvent être insupportables. Il existe à la pharmacie des médicaments en vente libre vous permettant de les soulager. Vous pouvez choisir entre les onguents, les crèmes ou les suppositoires. Ces produits contiennent de l’hydrocortisone ou de la benzocaïne. Il existe également des produits spécialisés connus sous le nom de Préparation H. Cette préparation est composée d’huile de foie de requin. Il faut comprendre que ces produits sont peu efficaces contre la douleur.

Si la douleur est assez violente, un médicament analgésique par voie orale peut vous aider à les soulager. Parmi les plus recommandés, il y a l’acétaminophène (Tylenol®). Vous pouvez également prendre un analgésique topique, qu’il faut appliquer sur la zone anale et le rectum. Certains d’entre eux sont aussi en vente libre, comme le cas des préparations anesthésiques contenant du lidocaïne. Vous pouvez également demander une ordonnance pour les onguents à base de nifedipine ou de nitroglycérine, afin de minimiser les pressions dans les veines.

Les traitements maisons des hémorroïdes

Très fréquents chez les adultes surtout, les hémorroïdes sont des veines qui se dilatent à l’intérieur de l’anus ou du rectum. C’est un problème qui touche de plus en plus de personnes aussi bien les hommes que les femmes. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une maladie très grave, son traitement ne doit pas être pris à la légère du fait que cela peut être vraiment gênant. Il existe différents traitements pour lutter contre les hémorroïdes. Les traitements maisons restent les meilleurs des remèdes. En plus d’être facile à préparer, ils sont aussi à la portée de tous puisque tout ce dont on a besoin on les trouve facilement. Bien sûr, il est tout à fait possible d’utiliser des crèmes et des lingettes spéciales pour les soigner, seulement les méthodes naturelles restent les meilleures. Pour éviter que le problème ne s’aggrave, il est donc fortement conseiller de les traiter. L’utilisation de l’huile d’olive fait partie d’un des meilleurs traitements maisons du fait que celui-ci permet de diminuer et d’apaiser les gonflements. Pour cela, il suffit de l’appliquer doucement sur l’hémorroïde et le laisser agir un moment. Il faut toutefois noter que l’huile d’olive ne peut être utilisée que sur les hémorroïdes externes. Il existe également des méthodes naturelles qui permettent de lutter efficacement contre les hémorroïdes. Les aliments riches en fibre sont les plus conseillés.

Parmi cela, les pâtes, les pains avec des graines complètes ou encore les flocons d’avoine. Des compléments alimentaires à base de fibre existent également si cela s’avère utile. À mélanger avec de l’eau ou du jus de fruit, cela fera apaiser rapidement la douleur. Il est également nécessaire de boire beaucoup d’eau et d’éviter de s’asseoir trop longtemps. La glace et la chaleur utilisées de manière quotidienne s’avèrent également être un bon remède pour lutter contre l’hémorroïde. Pour cela, il suffit de mettre de la glace sur la partie endommagée et le laisser agir pendant environ 10 minutes avant de prendre un objet chaud et le laisser agir 20 minutes.

Traiter l’hémorroïde par la Molène

L’hémorroïde interne est plus difficile à traiter que l’hémorroïde externe du fait qu’il se trouve vraiment à l’intérieur. Cependant, son traitement n’est pas impossible mais nécessite un peu plus de patience. Une des méthodes les plus utilisées pour soigner l’hémorroïde interne est l’utilisation de la Molène. Connue aussi sous le nom de Verbascum, cette plante est surtout utilisée pour soigner les problèmes respiratoires mais permet aussi de guérir les hémorroïdes internes et externes. En effet, grâce à ces différentes vertus, la Molène améliore la circulation du sang, ce qui diminue le gonflement des vaisseaux sanguins. On peut l’utiliser de trois différentes manières. La première méthode consiste juste à humecter les feuilles de la plante, à les écraser et ensuite à les appliquer sur la partie douloureuse.

Une fois appliquée il est fortement conseiller de rester allonger pour le laisser agir. Restez dans cette position quelques minutes avant de les enlever. La deuxième technique consiste quant à elle à mouiller les feuilles dans de l’eau chaude, les broyer complètement. Une fois aplatie, il faut les mélanger soit avec de l’eau soit avec de l’huile et les appliquer  tant que c’est encore chaud. Pour que la partie à traiter soit bien protégée, il faut la recouvrir avec n’importe quel tissu propre. Après quelques minutes de pause, une fois que c’est sec, on peut se laver. La troisième méthode est la plus efficace et offre de meilleur résultat. Celle-ci consiste tout simplement à bouillir la plante pendant quelques minutes environ et laver la partie à traiter. Cette technique doit se faire au quotidien afin que le traitement soit plus rapide et efficace.

Le thé de millefeuile, une solution efficace contre l’hémorroïde interne

L’hémorroïde interne peut être soignée en utilisant le thé de millefeuille. Il s’agit d’un traitement naturel à la portée de tous. Ayant des vertus miraculeuses, cette plante protège, soulage et guérit rapidement l’hémorroïde. On peut la préparer de différentes manières selon les envies de chacun. Ce remède naturel à base de thé est facile à préparer. Simple et rapide, le thé de millefeuille peut calmer et soigner la douleur causée par l’hémorroïde. Pour ceux et celles qui veulent le boire, il suffit juste de mélanger 10 à 20 grammes de la plante dans de l’eau bouillante. Laisser l’infusion pendant environ 10 minutes avant de le boire. Surtout il faut éviter de le boire froid parce que les effets ne seront plus les mêmes. Toutefois, on peut également utiliser le thé comme un remède à appliquer sur l’hémorroïde externe. Pour ce faire, il faut faire une infusion de thé de millefeuille et le laisser mariner pendant 30 à 60 minutes. Dès que c’est prêt, il vous suffit juste de l’appliquer sur la partie à traiter avec du coton ou un bout de tissu imbibé de thé. Le fait d’appliquer ce thé en tant que traitement externe permet de soigner les vaisseaux sanguins abîmés et ainsi moins irriter la peau. Il faut noter que boire ce thé quotidiennement procure des effets plus positifs et offre une protection plus efficace. En effet, il améliore la digestion, ramollie les selles et donc évite la constipation. De cette manière, la douleur sera plus atténuée et l’hémorroïde diminuera petit à petit. Le thé de millefeuille permet également de perdre un peu de poids pour ceux qui veulent garder la ligne.

D’autres remèdes naturels pour traiter les hémorroïdes

Il existe de nombreux traitements pour lutter contre les hémorroïdes mais les plus efficaces et les plus utilisés restent les méthodes naturelles. Hormis les plantes comme la Molène ou encore le thé de millefeuille, il y a également la teinture de Calendula qui est une plante puissante utilisée contre les infections, les brûlures, les écorchures ainsi que n’importe quelles douleurs sur le corps. C’est un des meilleurs traitements maisons pour soigner les hémorroïdes. Pour les hémorroïdes externes, il suffit juste de mettre la teinture sur la peau et de le laisser agir quelques temps. Par contre, lorsqu’il s’agit d’une hémorroïde interne, il est fortement conseillé de dissoudre la teinture dans l’eau avant de l’introduire doucement dans l’anus. Vous devez par la suite appliquer la crème sur les parties concernées. Mis à part cela, l’hémorroïde peut également être traitée en utilisant de l’iode. Ce dernier est surtout connu pour guérir les hémorroïdes internes. Pour préparer ce remède, il suffit juste de dissoudre l’iode, prendre 20 gouttes et le mélanger avec de l’huile. Il peut s’agir aussi bien de l’huile d’olive que de l’huile de lin. Une fois le tout mélangé, il faut l’appliquer sur la peau et attendre. Cette méthode est très efficace mais est un peu douloureuse. Mais ce n’est pas tout, pour lutter contre les hémorroïdes, le sport peut être vraiment utile. Contrairement à ce que l’on pense, les exercices abdominaux ont des effets positifs sur le corps. Effectivement, faire quotidiennement ses exercices permet une bonne digestion et évite ainsi la constipation, ce qui est efficace pour éviter les hémorroïdes.

Gérer une crise d’hémorroïde

L’hémorroïde est une inflammation bénigne très douloureuse et un peu gênante parfois La crise hémorroïdaire se manifeste par des saignements de sang rouge vif qui tâchent les papiers toilettes ou les lingettes sur lesquelles on s’essui. Pour gérer et soulager les crises hémorroïdaires, plusieurs solutions sont possibles. Sans parler des différents traitements maisons cités ci-dessus, il existe également des traitements médicaux qui s’avèrent être très utiles et efficaces. Hormis le fait de prendre des antalgiques, il est aussi possible de soigner la douleur en utilisant une crème ou un suppositoire. Pour cela, il y a la veinotonique à base de diosmine, qui est un excellent médicament pour calmer la douleur et réduire les risques de gonflements. Ce traitement permet de stopper rapidement la crise. D’autres traitements existent comme l’utilisation d’une pommade type proctolog ou titanoreine, à appliquer trois fois par jour matin, midi et soir après chaque selle. Mais ce n’est pas tout, on peut aussi prendre un laxatif doux pour éviter d’être constiper. Pour cela, on a le choix entre du psyllium ou du macrogol qu’on prend avant le dîner. Lorsque la douleur est intense, on peut également penser à prendre des antalgiques comme du paracétamol par exemple ou encore du tramadol. Bien que la crise hémorroïdaire soit anodine, son traitement ne doit pas être pris à la légère. Voilà pourquoi il est quand même fortement conseillé de parler à un médecin traitant lorsque la douleur est insupportable afin que celui-ci puisse vous prescrire les antalgiques ou les médicaments dont vous avez besoin pour soulager le mal.

Eviter les papiers toilettes, une bonne manière de lutter contre l’hémorroïde

Quand vous souffrez d’hémorroïdes, il est conseillé de ne pas utiliser le papier toilette. Bien que celui-ci soit vraiment indispensable pour certains, il provoque quelques effets négatifs. En effet, comme il est un peu sec, il pourrait provoquer des douleurs à l’anus et cela pourrait aller jusqu’à des saignements. Eviter donc autant que possible d’utiliser le papier toilette, pensez plutôt à utiliser des lingettes pour bébé si vous en avez vraiment besoin. Le lavage à l’eau reste la meilleure option même si cela n’est pas toujours évident. Même si cela n’est pas facile, il faut savoir que le fait de diminuer le temps passé aux toilettes permet aussi de lutter contre les hémorroïdes. Qu’il s’agisse d’une hémorroïde interne ou externe, le fait de s’asseoir trop longtemps augmente le risque de gonflement. De ce fait, pensez plutôt à vous accroupir. Bien que cette position soit plutôt étrange au début, elle vous permettra d’avoir moins mal. Lorsqu’on souffre de ce genre de problème, certaines habitudes doivent changer afin de maintenir la forme. Tous les mouvements qui pourront engendrer la fatigue sont vraiment à éviter.

Une alimentation équilibrée, un bon traitement contre les hémorroïdes

Avoir une alimentation équilibrée est nécessaire pour être en bonne santé. Mais ce n’est pas tout, cela permet aussi de lutter contre les différents soucis quotidiens du corps comme les hémorroïdes par exemple. Il s’agit en réalité d’un gonflement des vaisseaux sanguins dans la partie de l’anus. Plus cette partie enfle, plus la douleur sera intense, voilà pourquoi il est important de faire attention et de bien la traiter. Mis à part les traitements médicaux et les traitements maisons, on peut également penser à des traitements plus naturels. Etant donné que ce problème hémorroïdaire n’apparaît que chez les personnes adultes, il sera beaucoup plus facile de suivre un régime précis. Le régime Paléo, est le plus efficace lorsque l’on veut lutter contre les hémorroïdes. En terme plus simple, le régime Paléo consiste juste à manger des aliments riches en fibres. Pour cela, les fruits et légumes à feuilles vertes sont ceux qui en contiennent le plus. Voilà pourquoi, il est important d’en manger une fois par jour au moins, sachant que l’idéal serait de 3 à 5 fois par jour. Très facile à trouver, ces aliments riches en fibres sont également très bons pour la santé. Avec ou sans hémorroïde, il est toujours conseillé de manger des fruits et légumes afin de garder une bonne alimentation équilibrée et saine. Manger beaucoup des aliments avec des fibres solubles permet ainsi d’atténuer la douleur causée par l’hémorroïde.

Le régime Paléo consiste à consommer des fruits et légumes en petite quantité. Toutefois lorsque vous sentez le besoin, vous pouvez augmenter la dose chaque jour jusqu’au cinquième jour. Une fois que vous vous sentirez mieux, vous pouvez reprendre le rythme et ne manger que le stricte nécessaire, soit 1 ou 2 fruits et légumes par jour. Lorsque vous sentez que vous avez des problèmes d’intestins, un régime doit être bien suivi pour éviter que les hémorroïdes soient plus douloureuses. Le pain complet, lui aussi dispose d’une quantité de fibre suffisante pour diminuer l’hémorroïde. Ce qu’il faut à tout prix éviter c’est de manger des aliments dont les fibres sont insolubles comme le blé par exemple. En effet, celui-ci est plus difficile à digérer et lorsqu’il atteint l’estomac, il risque d’augmenter encore plus la douleur. La consommation de caféine ainsi que de l’alcool doit être réduite puisque cela pourrait engendrer plus de problème au niveau de l’estomac. Tout le monde doit manger des fruits et légumes pour être en très bonne forme. Toutefois, pour les personnes souffrant d’hémorroïdes, il faudrait en manger 5 par jour minimum. Si cela semble un peu trop, pensez à prendre un complément alimentaire probiotique comme le  Nexabiotic 20-Strain Multi-Probiotic. Vous pouvez aussi manger d’autres nourritures contenant des bactéries vivantes tels que la choucroute ou encore le kimchi préparé à la maison et non acheté dans des supermarchés. La consommation du yoghourt en petite quantité peut également s’avérer utile pour lutter contre les hémorroïdes.

Quelques bons gestes à avoir pour lutter contre les hémorroïdes

Lorsqu’on souffre d’hémorroïdes, quelques gestes sont à adopter pour éviter que la situation n’empire. Pour commencer, il est fortement conseillé de ne pas porter des objets lourds. En d’autres termes, il faut éviter de faire beaucoup trop de mouvements qui pourraient fatiguer. La fatigue augmente le gonflement et la douleur sera plus intense. Pour lutter contre cela, la meilleure méthode est de mettre de la glace de temps en temps sur la partie gonflante afin d’apaiser le mal. Mis à part cela, on peut aussi penser à prendre un bain de siège chaud d’une durée de 15 minutes environ. Non seulement cela permet aux douleurs de s’estomper mais il diminue aussi les hémorroïdes. Ce qu’il faut à tout prix éviter c’est de gratter près de la partie qui gonfle parce que cela pourrait entraîner d’autres problèmes.

Pour les personnes qui passent leurs temps au bureau et qui restent tout le temps assises, l’utilisation d’un coussin peut s’avérer utile. Lorsque vous allez aux toilettes, assurez-vous d’y aller seulement lorsque vous en avez vraiment envie, cela afin d’éviter d’être assis trop longtemps et d’augmenter le risque de gonflement. Par la même occasion, il faut surtout éviter d’utiliser les papiers toilettes lorsque vous avez fini vos besoins. Son utilisation fréquente risque de faire plus de mal que de bien. La meilleure solution est d’employer des lingettes pour bébé ou de faire un lavage à l’eau. Une autre astuce qui a aussi toujours bien fonctionné pour lutter contre les hémorroïdes, n’est autre que le lavement. Cette technique consiste à faire bouillir ½ litre d’eau et d’y ajouter deux gousses d’ail. Le mélange obtenu est un excellent remède pour ce genre de problème. Cependant avant de l’appliquer sur la partie de l’hémorroïde, il faut le laisser pendant environ 30 minutes. Ce lavement peut se faire tous les jours jusqu’à ce que vous constatiez un changement. Ces petits gestes vont vous permettre de lutter efficacement contre l’apparition des hémorroïdes. Il faut également penser à consulter un médecin lorsque la douleur est trop intense ou lorsque des saignements se présentent au niveau du rectum. Il pourra non seulement vous conseiller sur les bons gestes à adopter mais dans le cas où la situation empire, il pourra aussi vous aider à trouver la meilleure des solutions.

Les remèdes efficaces pour soigner les hémorroïdes en moins de 30 jours

Les hémorroïdes provoquent une sensation de honte et de gêne. Cette maladie touche plusieurs personnes de différentes catégories mais se présente fréquemment chez les individus en forte consommation de piment, chez les femmes enceintes et chez les personnes qui souffrent souvent de constipation.

Plusieurs d’entre vous souffrent de ce problème et se demandent comment y échapper. Dans les quelques lignes qui vont suivre, vous allez découvrir comment guérir et soulager les hémorroïdes en moins de 30 jours. Ces remèdes changeront votre vie et vous aideront à mieux vivre ce problème.

Osez dire non  aux médicaments et  à la chirurgie !

La première réaction des médecins par rapport à votre problème sera de vous orienter vers la médecine moderne pour ainsi recourir soit à l’emploi de crèmes de tout genre et de pommades soit à une intervention chirurgicale. Ne vous laissez pas prendre ; la nature a de meilleures solutions pour vous. Non seulement les solutions médicamenteuses sont dangereuses mais sont beaucoup plus chers que les remèdes naturels et ne s’attaquent pas aux causes profondes du problème. Beaucoup de patients se sont plaints après des interventions chirurgicales. Des conséquences néfastes ont été remarqué, on peut citer les incontinences, les infections microbiennes grave, les irritations et beaucoup d’autres encore.

À part les conséquences néfastes de la chirurgie, l’utilisation des pommades, des pilules, des suppositoires et des crèmes peuvent causer des allergies. En effet, ces pommades sont constituées de produits chimiques qui provoquent chez les individus des irritations et des démangeaisons. Des cas d’apparition d’autres maladies de la peau ont été observés après usage de ces crèmes et pommades. Nous vous conseillons alors de vous tourner vers les méthodes naturelles qui ne coûtent pas chers et qui sont d’autant plus efficaces.

Des solutions naturelles pour se débarrasser des hémorroïdes

Pour vous débarrasser de ces hémorroïdes, les spécialistes de la médecine traditionnelle ont  fait des recherches pour soulager ces troubles. Des centaines de patients ont eu des bénéfices en soignant leurs hémorroïdes de manière naturelle c’est le cas de Sandrine Marrent, une patiente de Lyon, France. Elle souffrait terriblement de ses hémorroïdes pendant 20 ans et avait essayé tous les médicaments anti-hémorroïdaires qui existaient, mais en vain. Vitamines, compléments nutritionnels, suppositoires, rien n’avait eu d’effets. Mais en suivant durant 6 semaines un traitement naturel, ces hémorroïdes avaient disparus. Anne LOPEZ, dans son livre « Stop Hémorroïdes » a consacré ses 25 ans d’expériences pour vous livrer les alternatives naturelles pour guérir les hémorroïdes.

Connaître les facteurs de risque des hémorroïdes

Pour mieux traiter naturellement vos hémorroïdes, il est utile de connaître la cause de leur apparition. Il existe des milliers de cause, et elles peuvent varier d’une personne à une autre. Tout d’abord parlons de  l’âge. Bon nombre de personnes ne le savent pas encore, mais les tissus des muscles et de la paroi du rectum commencent à vieillir selon notre âge et effectuent mal leur fonction. Ce vieillissement fait augmenter le risque d’attraper les hémorroïdes car les muscles se lâchent moins qu’avant. Un deuxième facteur a également été observé : l’alcool.  Agissant comme un diurétique, l’alcool évacue l’eau présente dans notre corps et favorise l’hydratation entrainant par la suite une constipation ingérable. À boire avec modération, l’alcool doit aussi toujours être accompagné d’une forte consommation d’eau au moins 8 verres par jour. Cela empêchera votre corps de se déshydrater et d’équilibrer l’eau. Aussi, les drogues douces comme le café, et les caféines présentes dans les boissons sont comme mentionnés des diurétiques, favorisent le rejet de l’eau hors du corps humain. Quand l’eau est insuffisante dans le corps humain, les parois rectales où les hémorroïdes se développent sont sous pression. Ces drogues douces agissent aussi sur la pression sanguine déclenchant le développement anormale des veines. Aussi, le rapport anal est déconseillé dans la mesure où il entraine le déchirement de la cavité anale, pouvant causer des douleurs insupportables et favorisant en conséquent les troubles hémorroïdaires.

La période de gestation est souvent le moment pour les femmes où les hémorroïdes commencent à sortir. Pendant la grossesse, le bébé appuie fortement sur l’abdomen de la femme pour agrandir les veines anales et rectales. La production de l’hormone progestérone réduit la pression sur les veines mais ralentie fortement la digestion d’où la constipation et les troubles intestinaux, qui causent la formation des hémorroïdes. Au moment de l’accouchement, ce problème peut aussi survenir mais est souvent très facile à traiter et disparait très vite les mois suivant cet accouchement même sans traiter. Durant l’accouchement, la mère peut recourir à une épisiotomie, elle implique la coupure des tissus du vagin pour diminuer le déchirement rectal et vaginal et facilite la sortie du bébé. Malgré ce point de vue positif de l’épisiotomie, des études ont montré qu’elle peut entrainer des mouvements intestinaux irréguliers et à long terme, augmente la chance d’apparition des hémorroïdes.

Avez-vous déjà entendu parler de la prostatite ? C’est en fait un trouble chez les hommes  qui se caractérise par l’aberration de la prostate. Il existe des liens entre ce trouble et les troubles hémorroïdaires. Cependant, ce lien n’est pas toujours pris en compte car les recherches sont insuffisantes. Des cas d’obésité peuvent engendrer ce problème car le surpoids augmente la pression sur les veines. La tumeur pelvienne est une maladie très grave qui peut entrainer la mort. Cette formation cancéreuse peut augmenter la pression vasculaire sur les différents tissus. Il faut alors consulter votre médecin si vous avez des antécédents familiaux de cancers afin  d’exclure tous les risques. À part cela, le fait de fumer est une des causes de l’apparition des hémorroïdes et le traitement est très difficile pour un fumeur car la cigarette engendre l’affaiblissement des vaisseaux sanguins du rectum et de l’anus. Même en cas de traitement, les fumeurs sont très difficiles à guérir à moins d’arrêter leur consommation. Les traitements anti-hémorroïdaires visent à renforcer les tissus anaux alors que les cigarettes favorisent leur relâchement. Les deux combinés, le traitement serait inutile.

Pour résumer, il faudra que vous changiez radicalement votre style de vie et vivre sainement et dignement. Lutter contre le tabagisme, l’alcool et la drogue est un moyen efficace de soigner vos troubles hémorroïdaires. Evitez les matières grasses pour diminuer la pression sur la veine et favoriser cette dernière pour une bonne circulation sanguine.  Si  ces petits conseils, avant et durant le traitement, sont respectés, vos troubles hémorroïdaires disparaitront en moins de 30 jours et pourquoi pas dans les 24 heures comme pour le cas de plusieurs des patients.

Le style de vie à adopter pour lutter contre les hémorroïdes avec ou sans saignement

Voici 5 conseils qui vont vous aider à changer votre style de vie et vous prévenir de ce problème désagréable. Tout d’abord, il faudra que vous sachiez que les hémorroïdes évoluent selon des degrés. L’appellation peut alors être commune mais la présentation peut souvent variée. Il existe des hémorroïdes internes, d’autres externes et d’autres avec saignement. Le traitement se diffère mais les modes de préventions sont les mêmes. Suivez nos conseils dans les lignes suivantes.

Il est très important de manger des aliments fibreux, ils permettent de ramollir les selles et de faciliter leur évacuation tout en évitant les irritations et les poussées hémorroïdaires. Les fibres aident notre estomac à mieux digérer les aliments et à réduire la tension au niveau du système digestif. Cette tension même est la cause des aliments trop durs à accumuler et favorise le gonflement des veines. La consommation de fibres permet donc la production massive de selles. Les aliments riches en fibres sont les  légumes, les fruits et les céréales. Il existe des fibres sous forme de compléments alimentaires. Néanmoins, consultez votre médecin pour d’éventuelles prises. Dès maintenant, privilégiez dans votre diète la consommation d’aliments naturellement fibreux pour vous prévenir de ce problème.

On ne vous le dira jamais assez : le sport est très important pour le corps. En effet, le sport est un des meilleurs alliés. Simple et efficace, il peut se pratiquer seul et chez soi. Il ne vous coûte presque rien d’essayer de faire de la marche chaque matin ou également de faire quelques exercices abdominaux dès votre réveil. Pour rendre dynamique votre appareil digestif, le sport est à faire. Dès que votre corps se met toujours en repos, il en est de même pour votre appareil digestif. Il a besoin d’être stimulé et pour cela, rien de plus que le sport pour vous éviter la constipation. Les exercices sportifs facilitent la production d’acides qui aident à digérer les aliments et à absorber les nutriments. Plus ces acides sont produits, moins les déchets seront présents dans l’appareil digestif et par conséquent, il y aura moins de tension au niveau de l’anus et des veines. Consacrez 20 minutes de votre temps pour lutter contre les hémorroïdes. Cela vous sera récompensé par une meilleure santé. À part cela, il est capital de s’hydrater. Une bonne hydratation constitue un ramollissement immédiat des selles. Il est conseillé de boire au moins 1,5 litres d’eau par jour.

Autre chose, nous croiriez vous si nous vous disons que le sommeil influence beaucoup le corps à lutter contre les hémorroïdes ? Sachiez dès à présent que le corps humain fonctionne toujours même durant le sommeil. Il est en effet très actif et permet aux cellules de se régénérer. Dormir peut ainsi vous aider à préparer votre corps contre le stress et la vie de demain. Vos heures de sommeil permettent à votre corps de réparer les dégâts des veines gonflées. Par la suite, le stress cause aussi un mauvais fonctionnement du corps. Plus vous êtes stressé, plus votre corps fonctionne de trop et n’arrive plus à contrôler et à lutter contre les agressions externes. Vous êtes désormais vulnérable à toute maladie dont les hémorroïdes. Prenez le temps de vous détendre, faites du Yoga pour vivre sereinement et zenement. Restez attentif et reposez vous de temps en temps. Cela diminuera les chances pour vous d’avoir des crises hémorroïdaires.

Soigner les hémorroïdes internes en seulement quelques étapes

Les hémorroïdes internes sont celles qui deviennent externes à cause des pressions sur le rectum et l’anus. Pour les apaiser, des remèdes naturelles existent mais contrairement aux remèdes médicamenteuses et chimiques, ces remèdes doivent être prises à long terme et avec beaucoup de persévérance et de patience. Même avec une guérison rapide, nous vous suggérons de ne pas interrompre le traitement brusquement mais de le continuer en diminuant les doses et en alternant la prise. La nature nous a gâtés en  nous offrant des plantes et  des herbes miraculeuses. Parmi elles, nous pouvons citer la Molène. Elle est une herbe utilisée depuis fort longtemps pour traiter plusieurs maladies. Sur le système respiratoire, elle aide à dégager les poumons et à faciliter la respiration pour lutter contre l’asthme et gérer la respiration au moment des stress et des angoisses. Pour le traitement anti hémorroïdaire, la molène prise en infusion, en application locale ou en pommades aide à éviter les saignements et permet aux vaisseaux sanguins de se resserrer. Grâce à sa propriété astringente et sa forte quantité en tanin, elle améliore également la circulation sanguine et réduit le gonflement des vaisseaux.

Les papiers toilettes ne nous aident forcément pas. Ces modes de lavement sont une des causes probables d’apparition des hémorroïdes. Non seulement ces papiers toilettes sont rugueux et secs mais ils irritent également les hémorroïdes et provoquent des saignements et des démangeaisons ingérables. Evitez autant que possible les papiers toilettes et changez-les par une méthode de lavement à l’eau ou avec des lingettes bébé.  Pour bien faire, achetez des lingettes  pour bébé  sans parfum et sans alcool, elles sont beaucoup plus douces et humides.  À part les papiers toilettes, limitez également votre temps passé aux toilettes. Une de nos plus grandes mauvaises habitudes est d’emporter aux toilettes le journal, les i-phones, les jeux et tablettes pour rendre le moment moins fatidique. Cette habitude de rester assis sur la cuvette des toilettes est un facteur dominant dans l’apparition des hémorroïdes. Car plus vous restez longtemps sur votre trône, plus les hémorroïdes subissent une pression jusqu’ à sortir vers l’extérieur de l’anus. N’oubliez pas aussi que votre position aux toilettes joue un grand rôle pour votre santé. Privilégiez les positons faciles pour expulser les selles sans avoir à pousser trop fort. Cette poussée pourrait engendrer la pression sur les petits vaisseaux sanguins dans le rectum. Les scientifiques ont montré que pour bien expulser les selles, il est conseillé d’opter pour la position à la turque accroupie à l’ancienne ou aussi de mettre les pieds sur un tabouret afin d’aligner le dos avec les jambes et que l’angle entre le torse et les genoux soit de 35 degré.

Les bienfaits des plantes et herbes sur les hémorroïdes

Une des plantes vertueuses est la plante millefeuille. Le thé de millefeuille est un thé qui  accélère la guérison de ce problème. Son effet est immédiat et son rôle préventif. Pour le préparer, faites une infusion de 10 à 20 grammes de plantes dans 50cl d’eau propre .Vous pouvez aussi l’infuser et le laisser macérer pendant 30 minutes afin d’obtenir une consistance à appliquer en usage externe et pour le nettoyage du canal en imbibant le coton et en l’insérant dans le rectum. Ce thé permet aux vaisseaux sanguins de se récupérer et de diminuer le gonflement des veines, afin d’estomper la douleur et les démangeaisons. Pour beaucoup plus d’effets, buvez régulièrement ce thé pour mieux prévenir votre corps contre une éventuelle poussée hémorroïdaire et pour lutter contre la constipation. Il aide également à perdre du poids et à ramollir les selles.  Outre ces plantes et herbes, il existe aussi un remède connu sous le nom de Calendula. Sa teinture guérit les brûlures, les inflammations, les infections, la douleur et pleins d’autres. En ce qui concerne les hémorroïdes externes, la teinture de Calendula  peut être appliquée directement sur la peau. Mais pour les hémorroïdes internes, il est conseillé de diluer la teinture dans l’eau avant de l’utiliser. Des crèmes peuvent être obtenues à partir de la Calendula Elles sont ensuite insérées dans l’anus et sur les tissus affectés. La dernière méthode et non la moindre est le traitement avec de l’iode. Ce produit est réputé pour l’élimination des hémorroïdes internes. Il est toujours à diluer ou à mélanger avec une huile de votre choix. Nous vous suggérons de le faire avec de l’huile de lin ou d’olive. Ces huiles sont douces et peuvent s’associer avec l’iode, qui est très fort et peut même entrainer des sensations de brûlures. Mélangez 20 gouttes d’iode avec l’huile et prenez un morceau de coton. Appliquez la solution sur le coton et insérez-le dans votre rectum en insistant sur les tissus endommagés.

Bref, avant d’avoir de sérieux problèmes avec les hémorroïdes, vous pouvez toujours vous prévenir en mettant en pratique un ou plusieurs de nos conseils. Toutefois, si vous remarquez des changements inhabituels, n’hésitez surtout pas à consulter votre médecin.

Les divers conseils pour soulager les crises hémorroïdaires

L’hémorroïde est un terme qui s’associe souvent avec un problème honteux que chacun refuse de parler à cœur ouvert. Perçu comme quelque chose de sale, les gens s’imaginent que cela ne peut jamais les arriver. À chaque fois que quelqu’un s’y intéresse, les images et les articles sur internet ne font que les faire peur et les induire en erreur. Et ce qui est bête est que vous vous identifiez sans faire attention. L’idée de comprendre une chose aussi simple et anodine comme un bouton sur votre visage sur internet vous arrive souvent. Par conséquent, vous finissez par vous en convaincre qu’il s’agit là d’un début de cancer de la peau, car votre bouton est anormalement gros ou qu’il vous démange. C’est un peu le cas pour les hémorroïdes, car nombreux pensent que c’est une maladie à part entière ou un trouble.

Pourtant, ce n’est ni une maladie ni un trouble. Le fait de le considérer comme tel est donc un abus de langage. D’ailleurs, il faut que vous sachiez que chaque individu a une hémorroïde dès son plus jeune âge. Mais l’âge auquel elle se manifeste est différent pour tout un chacun. Dans la moyenne, les crises hémorroïdaires se déclenchent à l’âge de 55 ans. Sauf pour certains cas comme la grossesse ou l’accouchement. Elles se manifestent donc en fonction de certains critères. Mais le plus important est de savoir comment les soulager pour pouvoir continuer à vivre normalement sans avoir de gênes. Ci-dessous donc les réponses à cette question.

Comment soulager les gênes occasionnées par les hémorroïdes ?

En effet, soigner les hémorroïdes est encore un sujet tabou pour certains. Pourtant, vous avez déjà essayé plusieurs remèdes, mais malheureusement pour vous, vous n’êtes pas satisfait des résultats. Votre premier réflexe devrait être une cure d’eau. Déjà qu’elle est une composante essentielle pour votre organisme, elle est aussi un bon remède contre la constipation, car elle assure le bon fonctionnement de votre processus digestif. D’ailleurs, les médecins et les spécialistes conseillent fortement de boire une quantité équivalente à 1,5 l d’eau par jour soit 6 à 8 verres d’eau. Effectivement l’eau a pour rôle d’éviter la constipation qui est la cause primordiale des hémorroïdes. Tant que votre estomac est bien hydraté, vos selles restent molles ce qui facilite sa descente et vous évite les douleurs extrêmement insupportables. Une fois que vous avez pris cette habitude de boire suffisamment dans la journée, misez maintenant sur une alimentation saine.

Il est à noter que certains aliments favorisent la constipation comme ceux qui sont riches en matière grasse. Et d’autres qui vous aident à bien digérer et empêchent la constipation comme les aliments riches en fibres. Ainsi, si vous êtes sujet à des crises hémorroïdaires, il est impératif que les fibres alimentaires soient suffisamment présentes dans votre repas quotidien. Ce nutriment vous aide à avoir des selles plus molles et par la suite moins douloureuses. Cela, car il facilite le transit intestinal. Vous pouvez donc consommer sans modération les fruits secs, les légumineuses, les céréales, et les légumes. Cependant, il est absolument à éviter de boire de l’alcool et  du café. En effet, il est à noter qu’il existe un lien entre la consommation d’alcool et de caféine et l’apparition des hémorroïdes. Ceci ne fera que vous déshydrater plus à cause des capacités de ces deux aliments à limiter l’aptitude du corps à digérer. Sachez donc qu’à force de consommer excessivement de la caféine et de l’alcool, vous serez vulnérable aux hémorroïdes et à la constipation.

Il en est de même pour les aliments beaucoup plus épicés. Ils peuvent provoquer des sensations de brûlure dans l’anus lors de la défécation. Ils augmentent ainsi l’inflammation causée par les hémorroïdes. Il est donc fortement recommandé, dans la mesure du possible la consommation des ces aliments-là. La pratique de sports vous serait aussi d’une grande utilité. Une activité régulière s’avère très efficace pour vous éviter les démangeaisons et la douleur au niveau de votre anus. Ce qu’il vous faut c’est une méthode très pratique. Notez aussi que la pratique d’une activité physique favorise une bonne circulation sanguine. Par conséquent, cela empêche vos hémorroïdes de se dilater et vous seriez tranquille tout au long de la journée. Par ailleurs, tâchez de ne pas forcer et surtout, éviter les sports intenses ou le fait de soulever des objets lourds, car cela ne feront qu’empirer votre cas. Certes, vos hémorroïdes vous démangent, mais il ne faut surtout pas les gratter, d’autant plus que ces démangeaisons sont parmi les symptômes les plus fréquents des hémorroïdes. Le fait de vous gratter peut aggraver l’irritation, ce qui conduit à des complications plus graves comme les blessures. Ces dernières vont par la suite engendrer des infections étant donné l’emplacement délicat de vos hémorroïdes. Afin d’éviter le grattage, vous pouvez utiliser la glace. Ses propriétés vasoconstrictrices favorisent la réduction du gonflement et de l’enflure. Ainsi, elles soulagent les douleurs en mettant un sac à glace sur la zone touchée. Son efficacité est immédiate. Apprenez aussi à adopter les bons gestes au moment où vous déféquez. Cela commence par éviter de vous assoir trop longtemps sur votre siège de toilette. Le mieux est plutôt de vous accroupir. Certes, cela va vous sembler bizarre, mais avec le temps vous finirez par vous habituer. Cette position facilite non seulement la descente des selles, mais réduit considérablement la douleur au niveau des hémorroïdes. Vous pouvez aussi utiliser un coussin portable pour vous sentir à l’aise dans votre voiture ou sur votre canapé contrairement au bureau. Cela peut être ridicule, mais comme on dit, le ridicule ne tue pas d’autant plus que vous avez mal.

Favoriser les bains de siège pour un résultat plus ou moins à long terme

Incontestablement, le fait d’avoir des hémorroïdes est le plus malencontreux des situations. Non seulement c’est extrêmement douloureux et inconfortable, mais c’est aussi un sujet dont on n’ose pas parler ouvertement. Cependant, des traitements existent, et rien de tel qu’un traitement naturel et ancestral pour guérir plus vite et efficacement. D’ailleurs c’est le cas des bains de siège. Ils sont à la fois soulageant et apaisants. Certes, il vous reste encore des choix à faire sur la température de l’eau à utiliser, mais vaut mieux opter pour un bain froid. Si vous êtes plus courageux ou si vous avez pris l’habitude de faire du cataplasme avec des glaçons, vous pouvez en rajouter dans votre bassin pour que cela ait plus d’effet. Cela, car ces glaçons empêchent les nerfs concernés d’envoyer des signaux au cerveau. Aussi, le bain de siège avec de l’eau froide a la capacité de diminuer la pression artérielle, ce qui favorise le soulagement des démangeaisons et des douleurs. Pourtant, peu de médecins préconisent le bain de siège à l’eau chaude. Cette dernière engendre une vasodilatation des vaisseaux sanguins. Ainsi, ces derniers augmentent la pression, les démangeaisons ainsi que les douleurs. De plus, l’eau chaude fragilise la membrane des hémorroïdes et entraine des infections. De ce fait, cette membrane sera capable d’attraper toutes sortes de bactéries surtout que ces hémorroïdes se trouvent dans une zone délicate. Le bain de siège à l’eau chaude n’est donc pas la meilleure des solutions à prendre en compte. Mais vous pouvez par contre alterner les deux. Pour cela vous devez disposer de deux bassines. Cela pour qu’il n’y ait pas trop d’écart de temps entre les deux bains. Vous pouvez également opter pour un bain à l’eau tiède. Néanmoins, les effets que cela apporte ne sont pas permanents que l’effet de l’eau froide. En somme, pour faire le bon choix parmi ces 4 méthodes, le mieux est de les tâtonner. Une consultation auprès de votre proctologue pour plus de précision est aussi utile. Une fois que vous avez fixé votre choix, rajoutez des plantes médicinales dans votre bain. Pour plus d’efficacité, le mieux est d’utiliser l’hamamélis. Cela, car il est à la fois anticoagulant et anti-inflammatoire. La citronnelle et les écorces de chaîne séchée aussi sont recommandées. Mettez-les à ébullition en suivant le dosage qu’on vous a prescrit. Un mélange des trois est aussi faisable pour un résultat opérant, mais veillez à bien vérifier que vous avez bien filtré le tout. Cela pour éviter que des débris se mêlent à votre bain. Pour ce qui est de la durée et de la fréquence, vous ne devez dépasser les 2 à 4 fois par jour. Chaque bain doit durée entre 15 à 20 min. L’idéal serait de le faire après chaque défécation sinon, faites-les 1 h 30 après chaque repas. Après chaque bain, tamponnez-vous avec un tissu doux et de préférence en coton.

Dans le cas où vous aimez, appliquer de la crème ou autre produit sur vos hémorroïdes. La vaseline est l’une des méthodes qui marchent. En effet, elle n’est pas seulement destinée à adoucir vos mains et vos pieds, mais elle est aussi efficace pour ce genre de cas. Vous pouvez l’utiliser avant d’aller à la selle. L’effet procuré par cette vaseline permet de faciliter la sortie des selles, mais aussi de diminuer la pression sur les muscles du rectum. Pour faire simple, la vaseline agit comme un lubrifiant. Pour soulager la douleur et diminuer l’inflammation des hémorroïdes externes, vous pouvez utiliser de l’huile d’olive. Certes, cela semble difficile à croire, mais son effet sur le gonflement et les démangeaisons est tout à fait significatif. Néanmoins, ce soin particulier est réservé seulement aux hémorroïdes externes. L’huile d’Aloé Vera, de marron et de coco agissent aussi de la même façon. Rassurez-vous, ces huiles n’ont pas d’effet secondaire puisqu’elles sont naturelles. Cependant, vous devez vous référencer pour vous procurer chez les bons fournisseurs qui sont fiables. Comme mentionné déjà auparavant, la glace est une autre solution efficace qui soulage les hémorroïdes. Tachez tout de même de mettre vos glaçons dans un tissu avant de l’appliquer sur vos hémorroïdes. Vous risquerez d’avoir des gelures sinon. Ces dernières ressemblent à des brulures avec la même sensation, mais c’est beaucoup plus douloureux. Sachez aussi que pratiquer cette méthode requiert prudence afin d’éviter de vous faire mal. Question habillement, il vous faut éviter les vêtements serrés. Vous pensez peut être que cela n’a aucun rapport avec vos hémorroïdes pourtant c’est le cas. Cela concerne à la fois vos sous-vêtements et vos vêtements à proprement parler. Pour les hommes, échanger vos slips contre des boxers. Quant aux femmes, vous devez toujours mettre des pantalons larges. Rayez de vos gardes robes donc les jeans moulants. Cela, car les tissus serrés gênent la circulation des vaisseaux du coup entraine une augmentation de pression au niveau des veines. Pour ce qui est du tissu de vos sous-vêtements, privilégiez toujours la matière en coton. La matière synthétique a tendance à vous réchauffer et à vous faire transpirer, ce qui n’est pas bon pour vos hémorroïdes, surtout quand elles ont atteint un stade avancé. Particulièrement pour les femmes, vous devez absolument et définitivement exclure les strings de votre garde-robe, si vous souffrez d’un problème quelconque de proctologie. En plus d’être faite à partir de matières synthétiques, la petite ficelle exerce une pression plus que les autres types de sous vêtements. De plus, ils peuvent entrainer des lésions par frottement. Il y a de fortes chances alors que ces deux phénomènes développent les hémorroïdes.

Le fait de vous retenir aussi est une des causes des hémorroïdes. En effet, si vous retenez votre envie d’aller aux toilettes, vous causerez une pression non nécessaire sur votre système digestif. De même au niveau de la zone anale et rectale. Pour illustrer l’explication, il faut que vous compreniez le processus de défécation. Le fait de retenir vos selles engendre donc une pression supplémentaire, vu qu’il est dirigé par 2 réflexes, celui du recto rectal et celui du recto anal. Ce dernier peut être refoulé par votre volonté, quant à l’autre, il est involontaire. Le premier réflexe est déclenché par une pression de 50 cm3. Celui-ci constitue le volume de seuil de besoin c’est-à-dire la sensation de vouloir aller aux toilettes. En général, ce chiffre vous permet encore de retenir les selles, car la pression est encore supportable. C’est seulement à partir de 300 à 350 cm3 que cela devient insoutenable. Le fait de pratiquer du sport vous évite cela. Certes, cela ne semble pas évident de faire du sport quand on a mal, mais cela réduit le gonflement des veines et vous soulage aux mieux. De plus, le fait de rester inactif engendre un surpoids ce qui n’est pas bon pour vos hémorroïdes. En effet, la prise de poids accentue la pression au niveau de l’anus, ce qui rend la douleur plus intense, car elles se rapprochent de plus en plus, du coup vous avez besoin de repos. Un cercle vicieux qui ne résout rien par la suite.

Afin d’éviter cela, il vous faut choisir le bon type d’exercice. Dans la règle générale, les crises hémorroïdaires durent entre 5 à 10 jours. Pour plus d’efficacité, il faut que vous fassiez vos exercices en dehors de ces crises. Ces exercices facilitent le transit intestinal et vous évitent par la suite la constipation. Une fois que vous avez fini votre séance de gym, un lavement peut vous aider à soulager la douleur. La technique est un peu semblable au bain de siège sauf que celui-ci peut se faire autant de fois que vous voulez. Pour ce faire, faites bouillir 1/2l d’eau en ajoutant 2 gousses d’ail. Laissez infuser par la suite pendant 30 min une fois que l’eau atteint votre température idéale, appliquez-la sur la zone touchée.

En bref, en dépit des idées reçues, nombreuses sont les solutions pour soulager ses hémorroïdes. Que vous optez pour un traitement à base de médicament naturel ou pour un traitement simple comme le bain de siège, les effets que cela vous procure dépendent de chaque personne et surtout de sa fréquence. Mais le plus important reste votre régime alimentaire. En effet, cela parait insignifiant, mais c’est la base d’un traitement plus qu’efficace. Ceci inclut les aliments riches en fibre. Bien évidemment, les épices, les piments, l’alcool et la caféine n’en font pas partie. Cela, car ces derniers engendrent une pression artérielle considérable, ce qui favorise l’apparition des crises hémorroïdaires. Bien sûr, cela s’accompagne par une cure d’eau, car seule elle aide à la digestion. Même si certains médecins proscrivent la pratique d’activité physique c’est un autre moyen de vous soulager et de diminuer la douleur que vous subissez chaque jour. Effectivement, faire des exercices diminue significativement le gonflement des veines. Reste à faire le bon choix, pour que ces pratiques ne soient pas en vain. En ce qui concerne vos vêtements, il est recommandé d’éviter d’opter pour les vêtements serrés. Il en de même en ce qui concerne la matière, qui doit être impérativement en coton. Pour les hommes, échangez vos slips contre des boxers, quant aux femmes, privilégiez les pantalons larges et rayez de votre garde-robe les strings. Cela car, non seulement les ficelles entrainent des lésions supplémentaires au niveau de la membrane des hémorroïdes, mais surtout à cause de sa matière synthétique. Il est à noter que cette dernière provoque la transpiration. De ce fait, les vaisseaux sanguins se dilatent et entrainent encore plus des douleurs liées aux crises hémorroïdaires.

Mieux connaître l’hémorroïde et ses facteurs à risque

Vous seriez peut être étonné si l’on vous disait que nous avons tous une hémorroïde. Pourtant, c’est bien vrai ! Comme les poumons, le foie et les reins, l’hémorroïde fait partie des organes de formation génétique chez l’être humain. Il s’agit au fait des vaisseaux sanguins de l’anus. Dans leur état original, ces veines, à l’instar des autres vaisseaux sanguins du corps humain, se décomposent en intima, tout en profondeur, surmontée par la média et l’adventice. Le premier composant discerne aux veines leur propriété étanche, tandis que le second se réfère aux tissus musculaires et le troisième aux tissus conjonctifs qui renferme les (vasa vasorum).

Le rôle de ces veines anales consiste par ailleurs à faire circuler le sang vers le poumon : tout ce qu’il y a de plus normale ! Alors pourquoi l’hémorroïde est-elle conçue dans un sens péjoratif au sein de la société ? Et bien, tout simplement parce que ce terme (hémorroïde) est confondu avec la maladie hémorroïdaire. Cette dernière survient cependant suite à une dilatation des vaisseaux sanguins de l’anus qui subissent de grande pression d’origines diverses. Quand les veines se dilatent à l’orifice de l’anus, on parle de l’hémorroïde interne et quand elles s’aperçoivent à l’extérieur, c’est-à-dire aux alentours du rectum, on parle d’hémorroïde externe. Mais qu’elle soit interne ou externe, la pathologie hémorroïdaire est très fréquente et elle fait souffrir énormément de personnes dans le monde. En souffrant d’hémorroïde, le sujet ressent des démangeaisons au niveau de l’anus et du rectum, il souffre lors de la défécation. Et particulièrement pour le sujet où l’on note la présence des hémorroïdes externes, la sensation de gêne s’amplifie quand celui-ci s’assoie. Qui donc est le plus assujetti à la maladie hémorroïdaire ? La pronostique qui parle d’une personne adulte sur deux dans le monde revient inlassablement dans la réponse à cette question. Mais quels sont les facteurs causals de l’hémorroïde pour qu’elle touche jusque dans la moyenne de la population adulte mondiale.

Les facteurs à risques

Connaître les déterminants à l’origine de la pathologie hémorroïdaire nous confère la faculté de l’éviter dans les meilleures conditions possibles. Le fameux dicton « il vaut mieux prévenir que guérir » ne peut que confirmer notre propos. Entrons alors dans le vif du sujet pour examiner ces facteurs à risques dans les détails. De manière générale, nous pouvons classer les facteurs favorisant l’apparition de l’hémorroïde en deux. Une première classe qui contiendrait les causes d’ordre principale de l’hémorroïde et une deuxième qui représenterait les causes mineures donc d’ordre secondaire. Néanmoins, toutes les deux peuvent probablement aboutir à des fins semblables.

Les causes principales

Les causes principales de l’hémorroïde tournent autour de trois axes clés qui sont la constipation chronique, la grossesse et l’accouchement et enfin l’hérédité. Ce classement est dû à la relation de cause à effet établie entre ces facteurs et l’apparition de l’hémorroïde en tant que maladie.

La constipation chronique

En tête de liste se trouve la constipation chronique. Le phénomène de constipation est une chose courante mais la constipation chronique devrait nous mettre la puce à l’oreille. En effet, la constipation qui touche plus les adultes que les enfants disparait au bout de quelques jours suite à une bonne hydratation et à la consommation d’aliments riche en fibre comme les bananes ou encore les légumes à feuilles vertes. Or, si la constipation persiste, c’est-à-dire que vous allez aux toilettes à moins de 3 fois par semaine durant plusieurs mois successifs alors on parle de constipation chronique. Etroitement lié au système de digestion, le mécanisme de défécation subit de temps à autre, des petits problèmes. Il arrive en effet que les selles deviennent dures et sèches et dans ce cas, elles sont difficiles à évacuer. D’une part, l’origine de la constipation est donc d’ordre alimentaire. Les menus qui facilitent la digestion sont alors les meilleurs compagnons pour surmonter le problème. Les tomates, les agrumes et les fruits sont donnés à titre indicatif. Le radis noir et le pissenlit sont également efficaces dans la cure de l’indigestion. De même, il faut boire une quantité d’eau d’au moins 2L par jour. D’autre part, la constipation trouve sa source dans des reflexes volontaires ou involontaires gérées maladroitement. Ces reflexes qui sont respectivement recto-anal et recto-rectal et qui nous incite à déféquer ne doivent pas être ignorées. Et oui, le fait de se retenir ou de se retarder à aller à la selle engendre bien des conséquences indésirables dont la constipation fréquente et l’hémorroïde.

La grossesse et l’accouchement

Bien entendu, la grossesse et l’accouchement à voie basse sont des facteurs typiquement féminins de l’hémorroïde. Car faut-il encore le rappeler, l’hémorroïde est autant l’affaire des femmes que des hommes. Au cours de la grossesse, le corps de la femme est en permanente évolution et ce, simultanément avec le fœtus qu’elle porte en elle. Tout d’abord, la liaison entre l’hémorroïde et la grossesse est fortifiée par la présence de nouvelles hormones qui ne font pas bon ménage avec la sensibilité du tissu hémorroïdaire. Ensuite, le poids du fœtus qui grandit de jour en jour crée de la pression au niveau des veines anales et rectales. Ce qui entraine à son tour, la dilatation de ces veines et donc l’hémorroïde. Ce poids qui s’accroit au fur et à mesure représente le plus un risque d’hémorroïde au cours du troisième trimestre de la grossesse. Pour l’accouchement, le problème de l’hémorroïde survient à causes des efforts de poussées fournis lors du travail quand on expulse le bébé. La contraction des veines exerce elle aussi des actions convergentes à la génération des varices au niveau des veines hémorroïdales sensibles.

L’hérédité

Le risque que l’hémorroïde se présente chez un patient, dont un proche parent était atteint ou est atteint d’hémorroïde, quelle soit interne ou externe, est assez élevé. Le lien exact entre l’hérédité et l’hémorroïde n’est pas encore établi jusqu’à ce jour, mais les faits sont là. La prédisposition familiale est avérée dans de nombreux cas d’apparition chez un sujet qui souffre de la maladie hémorroïdaire. Néanmoins, des hypothèses de clarifications se rapportant à l’établissement de ce lien sont avancées par les spécialistes. La première est le mode de vie plus ou moins similaire adopté par le patient et par ses proches. La seconde est le facteur ethnique ou culinaire pour être plus précis. Les mets épicés et la surconsommation de viande rouge en sont des exemples, comme le cas des natifs des régions Méditerranéens ou encore des régions de l’Afrique du Nord.

L’hérédité, la grossesse et l’accouchement sont des phénomènes d’ordre naturel. Leur rôle dans l’incitation à faire apparaitre des hémorroïdes se trouve pourtant être très important. Et bien que l’on ne puisse pas les éviter éternellement ni lutter contre d’ailleurs, c’est la lutte contre la constipation qui est impératif à engager. Pour le reste, on devrait se plier aux règles d’hygiène et de santé.

Les facteurs secondaires de l’hémorroïde

Les principaux déterminants de l’hémorroïde évoqués plutôt, dans les paragraphes précédentes relatent tant bien que mal que l’hémorroïde peut être soignée ou à défaut, traitée. Mais qu’en est-il alors des autres origines de cette pathologie hémorroïdaire ? Les causes mineures de l’hémorroïde que nous allons traiter à partir de maintenant sont classées d’ordre secondaire parce que leurs rôles dans l’apparition de l’hémorroïde restent ambigüe mais sont quand même non négligeables.

Les stupéfiants : les boissons alcoolisées et la cigarette

L’alimentation a toujours un trait marquant dans le traitement des hémorroïdes. Certains aliments sont sollicités tandis que d’autres nécessitent d’être abolis. Les boissons alcoolisées font parties de ceux à abolir. La fonction de l’alcool sur le corps humain est considérée comme un facteur d’aggravation de l’hémorroïde. L’explication en est que quand notre corps absorbe les boissons alcoolisées (ou beaucoup de graisse, des charcuteries, des aliments à forte proportion de caféine et de la viande rouge en abondance) alors, ces derniers vont rejeter l’eau à l’extérieure de notre corps. C’est la fonction diurétique ou tout simplement la déshydratation. Or, nous sommes au courant que l’hydratation est primordiale pour éviter la constipation, ce qui peut alors survenir aisément. Dans le cas contraire, cela favorise la crise hémorroïdaire. Mais la fonction de la cigarette en est toute autre. L’activité du fumeur agit malignement sur les veines rectales qui deviennent plus fragiles d’où le trouble du transit intestinal, la constipation récurrente et les hémorroïdes.

L’obésité

Le rôle principal de l’obésité dans le déclenchement de l’hémorroïde présente une grande similarité avec celui de la grossesse. Par définition, une personne est dite obèse quand son Indice de Masse Corporelle (IMC) dépasse ou est égale à 30. Il existe donc chez cette personne un surpoids des organes de son corps qui s’explique par une abondance de graisse. Ce poids en plus, un peu pareil que le poids du bébé dans le ventre d’une mère enceinte, entraine une pression croissante selon que c’est faible et que cela augmente au fur et à mesure que le poids qui s’exerce sur la partie basse de l’abdomen s’élève. Et comme nous l’avons répété maintes et maintes fois, la pression sur les veines dans cette partie entraine la dilatation réversible ou irréversible de ces veines. De manière générale, nous constatons également l’absence d’activité physique chez les personnes obèses. Ce qui est aussi favorable à l’hémorroïde. Effectivement, qu’elle soit la conséquence ou non de l’obésité, la sédentarité constitue en elle-même un facteur à risque de l’hémorroïde. Les sports tels que la marche à pied, la course ou le jogging sont requis pour faciliter le transit intestinal. Considérés comme simples exercices cardio-vasculaire, ces activités améliorent pourtant notre état de santé, étirent nos muscles et ne peuvent nous apporter que beaucoup de bien.

La pratique sexuelle de type anal

Les vaisseaux sanguins de l’anus sont très sensibles aux frottements. Et au lieu d’éviter ces frottements, les rapports anaux de manière répétitive les réclament. En ce moment donc, les veines rectales et anales qui se trouvent être affaiblies se dilatent. Mais ce n’est pas tout, la coïte anale procure aussi une sensation de gêne ou d’inconfort sur le plan psychologique de celui ou de celle qui souffre de crise hémorroïdaire. La mesure convenable à prendre consiste donc à éviter toute pratique sexuelle de type anal.

Le café et la caféine

Le soda, les chocolats et bien sûr le café ne font pas bon ménage avec l’hémorroïde. Si ce ne sont pas les causes directes de cette dernière, ces boissons accroissent l’aggravation de la maladie. Comme pour l’alcool, le café joue identiquement un rôle de rétention d’eau, ce qui entraine la constipation.

L’âge

Les hémorroïdes sont plus fréquemment observées chez les adultes que chez les enfants. Les premières victimes sont les personnes âgées entre 30 et 70 ans. Pour rappel, la tumeur variqueuse qui génère une terrible douleur aux personnes qui souffrent d’hémorroïde est favorisée soit par la dilatation des veines, soit par le relâchement de la fixation située entre la muqueuse et la musculeuse. Avec l’âge, le diagnostique de la couche de cellules recouvrant l’intérieure des organes : la muqueuse, démontre un affaiblissement en tonus, aboutissant à son tour à un relâchement de la fixation. Or, en l’absence de celle-ci, les vaisseaux sanguins descendent voire même s’extériorisent autour de l’anus. Indéniablement, la perte de tonus rectal en fonction du temps touche environ la moitié des personnes âgées. Au-delà de la cinquantaine, la sédentarité, la tendance à la constipation et éventuellement le manque d’hygiène (macération des selles) amplifient vigoureusement l’apparition de la pathologie hémorroïdaire. Mais, vous pouvez choisir le camp de l’autre moitié non concernée par le problème. Pour y intégrer, multiplier vos chances en appliquant une hygiène de vie équilibrée.

Une position assise pendant un laps de temps considérable

Certains métiers nécessitent parfois qu’on reste assis des heures. C’est le cas des bureaucrates et des chauffeurs de bus. Mais dans la prévention et le traitement de l’hémorroïde, ce facteur est déconseillé ! Car plus on reste assis, plus cela augmente la pression sur la paroi anale. C’est justement la même chose qui arrive quand on reste trop longtemps aux toilettes pour faire ses besoins. Le fait de lire son journal au moment de la défécation est une mauvaise habitude qu’il serait tant de changer si vous ne voulez pas être victime d’hémorroïde.

Les maladies inflammatoires pelviennes

Les maladies inflammatoires pelviennes qui sont déjà très douloureuses en elles-mêmes aggravent le développement de l’hémorroïde. Ce sont en fait des douleurs au niveau de la région du pelvis, autour du bassin et dans la partie génitale. Elles sont initiées par plusieurs causes telles que l’origine digestive (source de troubles du transit), l’origine urinaire (colique néphrétique et infection urinaire), le kyste ovarien et la rhumatologie. Elles sont particulièrement très présentes chez les femmes de par son origine gynécologique. La grossesse, la fausse-couche, l’infection des trompes de Fallope ou le fibrome utérin entrainent probablement tous de la tumeur pelvienne. Mais, rien n’empêche que les maladies pelviennes touchent aussi le sexe masculin. La prostatite chronique en est la preuve. L’homme prostatite souffre de douleur pelvienne par la torsion de ces testicules. Toutes ces pathologies se trouvent être liées à l’hémorroïde par la stagnation veineuse et l’hypertension infligée aux vaisseaux sanguins de l’anus.

Les épices

Si nous revenons un peu sur les symptômes de l’hémorroïde, il y est cité la brûlure dans les zones anales et rectales. L’inconfort procuré par la sensation de brûlure constitue en général l’un des premiers soucis en cas d’hémorroïde. C’est pour cette raison qu’il ne faut pas consommer des épices qui créent exactement la même sensation de brûlure. Parmi les épices non conseillés en cas d’hémorroïde, on a les piments et les poivres.

En résumé, l’hémorroïde naît de la stagnation et de l’hypertension des veines anales auxquelles les causes introduites dans cet article contribuent activement. Il existe certains facteurs à risques des hémorroïdes que nous pouvons fuir. Il s’agit entre autres de les bannir de notre alimentation si tant est que cela est possible, principalement les nourritures à grande proportion de caféine, les mets épicés et la malnutrition si ce dernier se reflète à travers une consommation alimentaire mal équilibrée, présentant dans notre cas une carence en fibre et une abondance en graisse et en caféine. Aussi, il vous faudra les combattre coûte que coûte comme dans le cas où on faisait allusion à la sédentarité, l’incitation à pratiquer des sports indispensables à une bonne hygiène de vie se trouve être une solution par excellence. Attention cependant à ne pas en faire trop au risque de créer de pression extrême en bas de l’abdomen ce qui avance à l’encontre de la lutte contre l’hémorroïde en favorisant même sa naissance ou sa complication. La volonté de chacun est donc de mise pour accroitre ou diminuer sa chance de ne pas souffrir d’hémorroïde. Quoiqu’il en soit, certains facteurs restent hors de contrôle. C’est le cas par exemple de l’hérédité et de la vieillesse si on peut ainsi le dire. Retenez cependant que dès son apparition et durant son cycle de développement, l’hémorroïde interne et l’hémorroïde externe peuvent se faire soigner. Des experts se sont pencher sur la question et ont développé différentes remèdes naturelles ou non et dont les résultats ont été confirmés. En quoi consistent ces remèdes ? Voilà bien une question qui nécessite des réponses. Or, cela fait l’objet d’une toute autre étude. Toutefois, rassurez-vous que beaucoup d’articles et de conclusion d’études antérieures portant sur ce thème sauront satisfaire votre curiosité.