Faire du sport pour soulager ses hémorroïdes

On associe souvent le terme hémorroïde à un sujet abject dont tout le monde refuse de parler franchement. De plus, la douleur qui en découle est insupportable. Considéré comme quelque chose de sale, tout le monde pense que cela ne les concerne pas directement. Aussi, les photos qui circulent sur les pages web illustrant cet embarras ne font que conjecturer des erreurs et à faire peur. Malheureusement pour vous, vous vous identifiez sans faire exprès. Prenons l’exemple d’un bouton anodin sur votre front, le fait d’essayer de le comprendre en tapant sur votre clavier et en parcourant les sites qui en parlent vous fait croire ce que chaque article dit. Ainsi, vous finissez par penser qu’il s’agit là d’un début de cancer de la peau. Toutefois, pour ne pas passer à côté d’un bon diagnostic, pesez le pour et le contre avant de croire le contraire de ce que vous voyez.

Cela, car contrairement aux idées reçues, l’hémorroïde n’est ni une maladie ni un trouble. C’est donc un abus de langage de le considérer comme tel. Mais afin de mieux comprendre l’article, considérez-la comme telle. Afin de bien comprendre ce que c’est une hémorroïde, vous devez connaître ses symptômes, les facteurs qui l’ont engendré. Mais le plus important reste la manière la plus simple de la soigner sans avoir recours à des médicaments. Dans cette page, vous trouverez les conseils pratiques pour vous débarrasser rapidement et naturellement de ce malaise grâce au sport.

Définir ce qu’est une hémorroïde

Pour commencer, soulignez le fait que l’hémorroïde est présente chez tout un chacun dès son plus jeune âge. Elle se manifeste très fréquemment chez les gens dès leurs 50 ans. De ce fait, elle touche près de 50 % de la population. Ensuite, sachez que ce terme définit un groupement de vaisseaux sanguins qui se trouvent dans la région de l’anus. Afin de vous donner plus de précision, les hémorroïdes sont situées sous la peau de l’anus et sous la muqueuse de ce dernier et qui ressemblent à des coussinets. Une fois que ces veines gonflent et se dilatent anormalement, vous devez ressentir une douleur au niveau de votre anus. C’est ce qu’on appelle communément une crise hémorroïdaire. En général, elle n’a pas de symptôme apparent, par contre, sa découverte se fait au hasard. Toutefois, les symptômes les plus fréquents sont les douleurs importantes, les démangeaisons, une gêne. Il se peut aussi que vous ayez un saignement lors de la défécation. Ceci est potentiellement important et de couleur rouge vif. Généralement accompagnée d’une constipation, celle-ci peut aussi l’aggraver. Il est à noter qu’il existe deux types d’hémorroïdes. L’un est à l’intérieur du corps, c’est-à-dire, se trouve à l’avant du muscle de l’anus. Elle se remarque par un saignement lors de la défécation. Il y a aussi le prolapsus hémorroïdaire, qui est une saillie des hémorroïdes à l’extérieur de l’anus. Avec des symptômes gênants, elles entraînent aussi des douleurs. Ces dernières évoluent selon un stade de gravité. Elle commence par une hémorroïde interne sans prolapsus. Ensuite, saillant lors d’un effort ou de la défécation, mais se rétractant spontanément. Puis, elle se présente comme le précédent, mais la rétractation se fait manuellement. Enfin, le dernier stade est le saillant en permanence. Quant à l’autre hémorroïde, il s’agit d’une thrombose. Celle-ci se traduit par une formation de caillot de sang dans les coussinets et se stagne à l’intérieure. Elle devient par la suite bleutée et tuméfiée et dure au touché. Une douleur très intense peut vous empêcher de vous asseoir une fois que cela se produit.

En général, il vous faut quelques jours pour que le caillot disparaisse de lui-même, parfois avec des saignements importants. Les raisons à cette formation d’hémorroïde peuvent être multiples. Mais elle est le résultat d’une cause à effet des efforts que vous faites subir une pression sur votre plancher pelvien. Cela peut être un accouchement, pour les femmes, ou une constipation fréquente, voire un surpoids.

Le sport, un remède naturel contre l’hémorroïde

Pratiquer des exercices physiques régulièrement est une façon plus que saine et simple pour éloigner votre corps d’une maladie. D’ailleurs, ses bienfaits diminuent considérablement les risques de développer différentes maladies telles que les hémorroïdes. Cela, car l’activité physique réduit les troubles veineux, améliore le fonctionnement des vaisseaux sanguins, tonifie les veines et les muscles de l’abdomen. Vous devez donc privilégier la natation, la marche, le yoga et la gymnastique. De plus, l’âge avancé est l’un des facteurs de risque des hémorroïdes. Faire du sport en dehors des crises est donc important, et cela de façon permanente et régulière. Une marche rapide d’une durée de 30 min par jour devrait donc vous aider à faciliter le transit intestinal. Elle permet aussi de restreindre les crises hémorroïdaires. Certes, le fait de choisir un sport adéquat pour guérir ces hémorroïdes reste un sujet de discussion, mais cela reste compliquer même si la plupart des gens croient que faire du sport est bon pour le corps. En effet, certains sports sont bénéfiques et d’autres ne le sont pas et qui pourraient même aggraver la situation. Il est donc de rigueur de vous donner quelques conseils en ce qui concerne les activités à pratiquer pour guérir vos hémorroïdes. Tout d’abord, tout le monde sait que le sport aide à maigrir, mais certaines pratiques augmentent la pression sur votre corps. Il est donc vivement déconseillé de pratiquer du bodybuilding, du vélo, ou tout autre exercice qui engendre une forte pression au niveau de la zone anale. Cela peut générer des dommages et aggraver vos crises hémorroïdaires. Le mieux est donc de faire de la marche. Elle permet de réduire la pression au niveau des veines, mais aussi de détendre les muscles autour de la région anale. Il vous faut donc faire de la marche environ 20 à 30 minutes par jour. Le fait de marcher apportera au sang les nutriments nécessaires ce qui permettra une guérison accélérée aux tissus endommagés. Tachez tout de même de profiter de la promenade sans pour autant courir ou faire la course. Dans le cas où vous ressentez une douleur ou quelque chose qui ne va pas, faites une pause ou arrêtez-vous immédiatement.

À part cela, sachez que l’aquagym est aussi recommandée pour guérir facilement et efficacement les hémorroïdes. Elle permet d’augmenter la pression sanguine sans qu’il y ait création de pressions excessives. De ce fait, elle aide à la guérison. Si vous avez aussi des problèmes de jambes ou de dos voire les deux, l’aquagym est aussi un traitement efficace contre cela. Par ailleurs, pour le cas d’une hémorroïde externe, il vous est déconseillé de pratiquer cet exercice. Cela, car le chlore qui se trouve dans l’eau de la piscine pourrait créer une lésion et l’irriter. Contrairement à cela, le yoga peut vous être d’une grande aide pour de multiples raisons. Le yoga, qui n’est autre qu’une science ancestrale indienne, n’est pas réservé à la relaxation. En effet, il présente des avantages non négligeables pour guérir et pour éviter les hémorroïdes. En plus de guérir, il permet aussi de renforcer les muscles grâce aux étirements. Ces derniers sont particulièrement efficaces pour apaiser vos hémorroïdes vu qu’ils affermirent les muscles situés dans les zones les plus sensibles du corps. Cependant, il ne peut guérir vos hémorroïdes si elles sont déjà à un stade avancé, mais peuvent tout de même prévenir leur réapparition. En outre, la pratique de cet exercice requiert du bon sens. Il vous faut évidemment éviter les étirements qui augmentent la sensation d’inconfort au niveau de votre anus et de votre rectum. Pour cela, voilà donc les postures idéales pour soigner vos hémorroïdes. Sachez avant tout que les postures vous aident à vous débarrasser des constipations. Elles améliorent aussi tout type de circulation dans la zone anale. Le yoga est donc un processus excellent qui est particulièrement utile pour vous qui cherchez un traitement non invasif des hémorroïdes. Tachez tout de même de faire appel à un professionnel pour vous aider à mieux cerner les positions idéales et efficaces. Mais voici quelques postures très simples certes, mais efficaces qui permettront votre guérison surtout pour permettre un soulagement immédiat lors de vos constipations. La première position consiste à augmenter le flux sanguin vers la région du cœur. Pour ce faire, reposez votre tête et le dos sur le sol, placez votre main en dessous de votre tête et levez vos jambes contre le mur. Bien que la posture idéale soit le poirier ou stand d’épaule, ceux-ci restent difficiles à réaliser pour un débutant dans le domaine. La posture accroupie, quant à elle permet non seulement de soulager la constipation, mais est aussi bénéfique pour guérir les maux de la colonne vertébrale. Le fait de pratiquer régulièrement le yoga pour guérir la constipation se fait par étape. Ainsi, il se peut que vos hémorroïdes disparaissent complètement, mais vous serez aussi loin des stress.

En dehors de ces pratiques, les exercices de Kegel sont aussi une méthode efficace et plus que naturelle pour guérir les hémorroïdes. Cela consiste à renforcer les zones musculaires qu’est le petit bassin. Cette zone est aussi appelée plancher pelvien qui regroupe les muscles du rectum, des intestins grêles, du vagin et de la vessie. Il vous faut suivre plusieurs étapes pour pouvoir acquérir ses bienfaits et soulager vos hémorroïdes. Ainsi, vous obtiendrez un bon résultat au bout de quelques semaines de pratique. Il est aussi à noter que la pratique de ces exercices renforce le plaisir sexuel, la maîtrise de l’expulsion lors de l’accouchement, ainsi que l’incontinence. Il s’agit donc là de contracter les muscles anaux. Réservés bien aux femmes qu’aux hommes, ces exercices sont inventés pour vous soulager de vos soucis d’hémorroïdes. Toutefois, vous devez retenir certains points à chaque fois que vous pratiquez ces exercices. Ces points consistent à ne pas contracter vos fesses, vos cuisses, de retenir votre respiration, de ne pas rentrer le ventre, et de ne pas pousser vos muscles pelviens vers le bas au lieu de vers le haut. Cela dans le but d’obtenir un bon résultat. Certes, cela n’est pas facile si vous débutez dans le domaine, mais une fois que vous maîtrisez ceux-là, vous parviendrez à le faire avec plus d’assurance même en vous tenant debout. La seule façon de le savoir est de poser une main sur votre ventre pour vous assurer que vous le faites à droit. Afin de localiser vos muscles pelviens, il existe plusieurs méthodes. Vous pouvez par exemple essayer de retenir votre flux urinaire une fois que vous l’expulsez. N’impliquant aucun mouvement des muscles fessiers et abdominaux, si vous êtes une personne en bonne santé, vous pouvez réaliser cet exercice trois fois par semaine. Cela en enchaînant 5 secondes de tensions et 10 secondes de repos. Vous devrez le refaire 10 fois, 3 fois par jour, pour un total de 30 mouvements de tensions. Bien sûr, au fur et à mesure de la pratique, vous pouvez augmenter la fréquence et la durée du moment des tensions en diminuant le temps de repos. Avant chaque pratique, veillez à ce que votre vessie soit vide pour éviter des fuites dans le cas contraire. Sachez aussi que le fait de ne pas vider entièrement la vessie entraine une infection urinaire lors des exercices. Une douleur peut aussi survenir même si votre vessie est partiellement pleine. Puis, concentrez-vous sur la fréquence de vos exercices. Afin de bien le gérer, faites des contractions régulières. Contractez vos muscles pelviens pendant 5 secondes. Cette durée est largement suffisante si vous commencez à peine votre exercice de Kegel dans le cas où vous contractez trop longtemps ces muscles, vous risqueriez un claquage. Ainsi, si les 5 secondes vous semblent trop longues, commencez par une séance de 2 ou 3 secondes. N’oubliez pas de relâcher vos muscles.

Il est déjà mentionné auparavant qu’il est recommandé d’accorder une pause de 10 secondes à vos muscles pelviens avant chaque répétition. De ce fait, non seulement, ils auront le temps de bien se relâcher, mais ils vous éviteront également de vous blesser. Comptez jusqu’à 10 avant de commencer la répétition suivante. Faites l’exercice 10 fois, car ces répétitions seront considérées comme une série de Kegel. Pour faire un petit résumé, vous devez garder le chiffre 10 en tête pour une contraction de muscle pendant 5 secondes. 10 secondes pour la pause et 10 fois la répétition. Il est à noter que cette série est à faire seulement 3 à 4 fois par jour et pas davantage. Échelonnez chaque semaine le nombre de secondes sur lequel vous contractez vos muscles. Ne cherchez pas à dépasser 10 secondes ni à faire plus de 10 répétitions consécutives. Une fois que vous avez atteint le nombre magique des 10 secondes, exécutez chaque jour 3 ou 4 séries de 10 contractions de 10 secondes et tenez-vous à cela. Ne vous souciez pas du temps que cela peut prendre. Même si vous pensiez ne pas en avoir, sachez que vous pouviez le faire même au bureau, dans votre voiture voire en faisant la cuisine. L’essentiel étant de vous concentrer à chaque fois que vous contractiez vos muscles pelviens. De plus, personne ne saura que vous êtes en train de muscler vos muscles Kegel, car cette pratique est l’une des pratiques les plus discrètes qui soient. À chaque occasion qui se présente donc vous devez sauter dessus pour ne pas rater une séance en or. Idéal pour les femmes enceintes ces exercices favorisent l’expulsion lors de l’accouchement. Bien sûr vous devez l’associer avec une alimentation pour vous aider à tenir la forme. En ce qui concerne les exercices de respiration, vous relâchez votre périnée en inspirant et contractez-le en expirant tout en imaginant le fait que vos poumons se trouvent à l’intérieur de votre pelvien. Pour éviter de souffrir de cystites, évitez de contracter les muscles Kegel lorsque vous urinez, car en interrompant votre flux de miction ceci entraine cela. Faites-le seulement en vous préparant aux exercices. Ces derniers devront se faire 3 à 4 fois par jour. Cela ne nécessite que quelques minutes de votre temps quotidien dont vous-même êtes capables de choisir le moment opportun une fois que vous avez assimilé la technique.

Certes, ces exercices sont pour certains bénéfiques, mais pour d’autres ceux-là permettent d’éviter une aggravation des problèmes urinaires. C’est donc normal si vous ressentiez de la frustration, car rien ne change au bout de quelque temps de pratique. Le mieux est donc de persévérer davantage pour ressentir un changement de votre corps. Il est démontré que ce changement se fait ressentir au bout de 6 semaines environ. Dans le cas contraire, vous pouvez faire appel à votre médecin pour vous aider à bien faire vos exercices et à bien localiser votre zone de Kegel. Si ces 2 cas ne vous conviennent toujours pas, il est temps de consulter pour de bon un médecin. Il est certain qu’il vous aidera par tous les moyens afin que vous maitrisiez cette pratique. Pour ce faire, il placera un appareil électronique dans votre vagin et des électrodes sur votre corps. L’appareil électronique permettra de déterminer la force avec laquelle vous contracter vos muscles, mais aussi le temps que vous mettrez à maintenir une contraction. Une stimulation électrique pourrait aussi être utilisée pour vous aider à identifier la zone de Kegel. Cette pulsion électrique à basse tension activera une contraction automatique qui traversera les muscles pelviens.

About the Author

Leave a Reply 0 comments

Leave a Reply: