Prendre un bain de siège contre les hémorroïdes

Le fait d’avoir de l’hémorroïde est un problème que tout le monde considère honteux. Ainsi, ce sujet reste tabou, que chacun refuse d’en parler ouvertement. Mis à part le fait que c’est une chose sale, elle est extrêmement douloureuse. De plus, tout le monde croit que cela ne le concerne pas directement. De même, les images qui circulent sur internet, illustrant ce trouble des vaisseaux sanguins ne font que faire peur les gens et les induire en erreur. Malencontreusement, vous vous identifiez sans y faire attention. Reconnaissez que vous vous êtes déjà dit qu’un bouton anodin sur votre front est le début d’un cancer de la peau. Tout cela, car internet vous a tellement rempli la tête par des informations inutiles que vous ne savez plus où vous en êtes. De ce fait, vous finissez par y croire. Contrairement aux idées reçues, l’hémorroïde n’est ni un trouble, ni une maladie. C’est donc un abus de langage de le considérer ainsi. Mais pour mieux comprendre et analyser les choses, on va le considérer comme tel pour éviter toutes confusions. Toutefois, en voyant ces images, vous pouvez ne pas y croire et passer à côté d’un bon diagnostic. Pour bien le cerner donc, il vous faut comprendre certains points qui vous seront indispensables.

Parmi eux, ce que c’est vraiment une hémorroïde et ses symptômes. Quels sont les facteurs qui l’ont engendré ? Comment le soigner d’une façon simple et naturelle ? Ci-après les réponses à vos questions.

L’hémorroïde et sa définition

Comme mentionné déjà en amont, les hémorroïdes sont un groupement de vaisseaux sanguins qui se trouve dans la région de l’anus. Pour plus de précision, elles se trouvent sous la peau et sous la muqueuse de cette dernière. Elles sont présentes chez tout un chacun dès son plus jeune âge. Elle touche donc près de 50 % de la population. Ressemblant à des coussinets, la douleur se fait sentir lorsque ces vaisseaux se gonflent et se dilatent de façon anormale. C’est ce qu’on appelle communément, une crise hémorroïdaire. En général, cette crise n’a pas de symptôme apparent, mais sa découverte se fait par hasard. Toutefois, les plus fréquents sont les douleurs importantes, les démangeaisons, et les gênes. Un saignement important aussi est à remarquer lors de la défécation. Il est potentiellement important et de couleur rouge vif. Généralement, c’est la constipation qui l’accompagne ou l’aggrave si celle-là est fréquente. Soulignez aussi qu’il existe deux types d’hémorroïdes. L’un se situe à l’intérieure du corps, c’est-à-dire qui se trouve à l’avant des muscles de l’anus. Elle se remarque par un saignement lors de votre passage aux toilettes. De même, il y a aussi le prolapsus hémorroïdaire. C’est une saillie des hémorroïdes à l’extérieur de l’anus. Des symptômes gênants, mais qui entraînent aussi des douleurs. Ces dernières passent par 4 stades de gravité. Le premier est une hémorroïde interne sans prolapsus. Le second sailli lors d’un effort ou de la défécation, mais se rétracte spontanément. Le stade trois se présente comme le précédent, mais la rétractation se fait manuellement. Le dernier stade est la saillie en permanence. Quant à l’autre hémorroïde, cela s’agit d’une thrombose. Elle se traduit par une formation de caillot de sang dans les hémorroïdes et se stagne à l’intérieure. Elle devient par la suite tuméfiée, bleutée et dure au toucher. Il peut se produire qu’une douleur très intense peut vous empêcher de vous asseoir. Le caillot disparaît généralement de lui-même en quelques jours, parfois avec des saignements importants.

Ces derniers s’appellent rectarrogie. Les raisons à cette formation d’hémorroïde peuvent être multiples. Mais elle est cependant le résultat d’une cause à effet des efforts que vous faites subir à votre plancher pelvien. Effectivement, les hémorroïdes surviennent lorsque vous faites un effort entraînant une pression sur votre plancher pelvien. Cela peut être un accouchement pour les femmes, ou l’obésité, voire une constipation fréquente.

Le bain de siège, un traitement naturel contre les hémorroïdes

Si vous êtes victime de problèmes d’hémorroïdes et que vous aimez les traitements naturels, une technique simple existe afin de résorber et soulager les symptômes, qui n’est autre que celle du bain de siège. Cette méthode est issue de l’hydrothérapie. Cela signifie un soin par l’eau. Une technique qui est en passe de redevenir un moyen populaire de combattre le problème. Il consiste à tremper vos fesses dans l’eau pendant un laps de temps. Pour ce faire, il vous faut une bassine de 10 à 20 cm de profondeur. Vous devez adopter la position assise lors de ce bain. Ainsi, vos pieds doivent être à l’extérieur et devront être à plat, tandis que vos genoux relevés. Une position confortable est donc recommandée pour vous soulager au mieux. Sachez que le bain de siège est aussi une manière de nettoyer la région qui se trouve autour de l’anus. Cela évite aussi l’irritation de votre peau. Pour ce qui est du matériel, un bidet, une bassine ou une cuvette à disposer dans les toilettes fera bien l’affaire. De ce fait, pour plus de simplicité, disposez d’une cuvette sur vos toilettes et alimentez-la continuellement en eau chaude. L’excès d’eau va directement dans vos toilettes. En ce qui concerne la durée et la fréquence de votre bain de siège, il est recommandé de le prendre entre 2 à 4 bains par jour. Chaque bain étant d’une durée de 5 à 15 min. Cela peut se faire après un passage aux toilettes si possibles et au moins 1 h 30 après un repas. Il est à noter qu’un bain de siège trop long ou qui dépasse les 4 bains par jours risque d’ajouter un problème de plus. En effet, en dépassant cette durée et cette fréquence, vous risquez un problème de peau à vos hémorroïdes donc, n’en abusez pas. Il est aussi nécessaire de régler la température de votre bain. Ce point est un sujet à discussion et les conseils des médecins varient selon chacun d’eux. Certains conseillent de prendre un bain de siège froid, d’autres un bain chaud. D’autres encore recommandent une alternance entre bain de siège froid et bain de siège chaud ou encore un bain de siège tiède. Sur ce point, il y a donc autant d’instructions qu’il y a d’avis sur la question.

La plus recommandée est un bain de siège à l’eau froide. Cela, car il produit non seulement un soulagement de la douleur dû à l’anesthésie, mais aussi une rétractation des vaisseaux sanguins. Cette dernière est aussi appelée vasoconstriction. De plus, il stimule la circulation sanguine. De même, il reste la meilleure solution pour soulager les sensations irritantes et les douleurs causées par les crises hémorroïdaires si vous n’avez rien d’autre sous la main. En outre, les médecins déconseillent les bains de siège chauds. Cela, car ils provoquent une vasodilatation, ce qui entraine par la suite une crise des hémorroïdes. Mais aussi, vous ne devez pas négliger les risques de brûlures que cela engendre. De même, il fragilise la membrane de l’hémorroïde et par la suite, celle-ci est sujette à infections, surtout vu l’endroit où elle se trouve. Toutefois, beaucoup de personnes y trouvent du soulagement surtout quand celui-ci est suivi d’un bain froid. D’ailleurs cette alternance de chaud et froid se fait en 3 étapes. Vous devez commencer par un bain froid puis un bain chaud et enfin un autre froid. Vous ne devez pas alterner ces bains trop longtemps, mais juste quelque minutes de chaque. Pour ce faire, vous devez alors disposer de deux bassines avec l’une froide et l’autre chaude. Par ailleurs, le bain de siège tiède est choisi par la majorité des patients. Cela, car il est plus agréable, mais n’en reste pas moins la meilleure solution. En effet, cet effet apaisant est souvent inférieur à celui de l’eau chaude. Afin de bien choisir la température de votre bain alors, il n’y a rien de mieux que de les essayer tous. D’ailleurs, c’est ce que recommandent les médecins. Ce qui est mieux c’est de commencer par les bains froids vu les vertus qu’il apporte au soulagement de votre mal. Si cela ne fonctionne pas et que vous avez plus de mal que de bien, interrompez votre bain ou changez de température si cela devient insupportable ou inconfortable. Sachez que le fait de procéder ainsi vise à soulager et non à empirer les choses. Le résultat doit donc être instantané, mais si ce n’est pas le cas, vous devez passer à autre chose. Pour plus d’efficacité donc, utilisez des produits naturels à base de plante.

Les produits de bain de siège à choisir

En effet, il existe beaucoup de plantes naturelles à associer à votre bain de siège, mais le plus répandu est l’hamamélis. De part ces vertus anticoagulantes et anti-inflammatoires, il est le seul produit qui est loisible à ajouter dans votre eau de bain. Pour ce faire, infusez 5 à 10 g de feuilles par litre d’eau bouillante pendant 5 à 10 min. Ensuite, filtrez le bien et laissez refroidir. Enfin, une fois qu’elle est tiède, ajoutez-le dans votre bain. Ceci dit, vous pouvez aussi utiliser des écorces de chaîne séchées. Pour cela, ajoutez 100 g de ceux-là dans 1L d’eau bouillante pendant 15 min. Filtrez-le après et laissez refroidir avant de l’incorporer dans votre bain. À noter que ces écorces sont recommandées en cas de saignement des hémorroïdes. De même pour la citronnelle, elle agit sur la tension artérielle. Il est vrai qu’elle n’a pas d’effet direct sur les hémorroïdes, mais le but ici est de diminuer la pression artérielle et par conséquent de diminuer aussi celle de l’anus. Faites bouillir 5L d’eau avec les feuilles fraîches ou sèches, cela dépend de vous. Filtrez le tout et laissez refroidir avant de l’ajouter dans votre bain de siège. Sachez qu’un mélange des trois est aussi recommandé pour un bain plus complet. Faites seulement attention à ce que votre eau reste claire. Il vous faut donc bien la filtrer en veillant à ce qu’aucun débris n’y soit. Néanmoins, ces ajouts ne sont pas indispensables, mais cela vous évite d’utiliser du savon, ce qui est absolument non recommandé pour éviter toute infection des hémorroïdes. Concernant l’efficacité des bains de siège, certes, il soulage momentanément les douleurs et les démangeaisons, mais il ne reste certainement pas un traitement à part entière. Vous pouvez juste les considérer comme un traitement symptomatique. De ce fait, ils ne dispensent certainement pas ni votre visite chez le proctologue ni le traitement de votre problème.

Le bain de siège, comment le prendre ?

Le bain de siège se répand de plus en plus de nos jours. C’est un traitement qui ne nécessite pas de médicaments à de nombreux problèmes de santé. Mis à part le fait qu’il traite les problèmes d’hémorroïdes, il est aussi utile pour les femmes après l’accouchement, contre les infections de prostate, des fissures vaginales ou anales et bien d’autres encore. Mais il n’est pas toujours évident de bien le faire, surtout si on est débutant dans le métier. En effet, cela peut s’avérer facile à vue d’œil, mais des étapes sont à prendre en considération pour que le traitement soit efficace. Comme mentionné auparavant, vous devez vous munir d’une bassine, d’un seau ou d’une cuvette, voire d’une bassine à incorporer sur vos toilettes. Celles-ci sont munies de la capacité d’ajouter continuellement de l’eau chaude à votre bain. Ceci dans le but d’éviter que votre bain se refroidisse au moment où vous l’utilisez. De plus, vous pouvez en trouver dans toutes les pharmacies à prix modique. Ensuite, remplissez-la de façon à ce qu’il recouvre vos fesses, notamment au niveau de la hanche pour être plus précis. Faites votre choix en ce qui concerne la température de votre eau, mais tâchez de ne pas utiliser de l’eau trop chaude pour éviter tout risque de brûlure, ou de l’eau très froide. Si vous optez pour cette dernière, elle devrait être fraîche et non glaciale, mais si vous êtes courageux, vous pouvez ajouter des glaçons, cela ne vous fera pas de mal. Puis, tachez aussi de bien respecter la durée et la fréquence de votre bain de siège. Cela dans le but d’obtenir plus de résultats que d’ennuis. Pour ce faire donc, ne dépassez pas les 5 à 15 min par jour. Vous devez aussi vous en tenir à 4 bains maximum dans la journée. Faites-le dans le cas du possible après que vous ayez déféqué et 1 h 30 après le repas. Enfin, une fois que vous sortez de votre bain, veillez à ce que la zone et ses alentours soient séchés avec une serviette en coton propre et doux. Celle-ci doit être par la suite lavée avec un savon de Marseille. Évitez les papiers hygiéniques quand vous vous séchez, car ils ont été traités avec des produits chimiques.

En bref, avoir des hémorroïdes fait partie des situations les plus désagréables. Non seulement c’est extrêmement douloureux et inconfortable, mais c’est aussi un sujet dont on n’ose pas parler ouvertement. Cependant, des traitements existent, mais le choix dépend de tout un chacun. Qu’il soit médicamenteux ou naturel, il vous faut choisir le bon pour ne pas entraîner d’autres complications. Mais rien de tel qu’un traitement naturel et ancestral pour guérir plus vite et efficacement. D’ailleurs c’est le cas des bains de siège. Ils sont à la fois apaisants et soulageant. Certes, vous avez encore des choix à faire en ce qui concerne la température de l’eau à utiliser, mais le mieux est d’opter pour un bain froid. Si vous êtes le plus courageux des hommes ou si vous avez pris l’habitude de faire du cataplasme avec des glaçons, vous pouvez même rajouter des glaçons dans votre bassin pour plus d’efficacité. Cela, car ces glaçons empêchent les nerfs concernés d’envoyer des signaux au cerveau. De même, le bain de siège avec de l’eau froide a une capacité de diminuer la pression artérielle, ce qui favorise le soulagement des douleurs et des démangeaisons. Par ailleurs, peu de médecins préconisent le bain de siège à l’eau chaude. Cette dernière cause une vasodilatation des vaisseaux sanguins. De ce fait, ceux-ci augmentent de pression, et les douleurs et les démangeaisons apparaissent. De plus, l’eau chaude fragilise la membrane des hémorroïdes, entraine des infections et la rend apte à attraper toutes sortes de bactéries surtout que ces hémorroïdes se trouvent dans une zone délicate. Le bain de siège à l’eau chaude n’est donc pas la meilleure des solutions à prendre en compte. Mais vous pouvez par contre alterner les deux. Pour cela, vous devez disposer de deux bassines pour que l’écart de temps entre les deux ne soit pas trop long. Opter pour un bain à l’eau tiède et les effets que cela apporte ne sont pas permanents que l’effet de l’eau froide. En somme, pour faire le bon choix parmi ces 4 méthodes, le mieux est de tâtonner et de consulter votre proctologue pour plus de précision. Une fois que vous vous êtes fixé, rajouter des plantes médicinales dans votre bain. Le mieux est d’utiliser l’hamamélis, car il est à la fois anticoagulant et anti-inflammatoire. La citronnelle et les écorces de chaîne séchée sont aussi recommandées. Faites les bouillir dans de l’eau et suivant le dosage qu’on vous a prescrit. Un mélange des trois est aussi faisable pour un résultat efficace, mais tachez de bien vérifier que vous avez bien filtré le tout pour éviter que des débris se mêlent à votre bain. Il est à souligner que le fait d’éliminer les irritants alimentaires vous aide aussi à ne pas trop souffrir et à éviter les crises. Cela inclut le piment, l’alcool, les épices fortes, voire le café même si celui-là est décaféiné.

About the Author

Leave a Reply 0 comments

Leave a Reply: