Comment traiter et soigner les hémorroïdes ?

Les hémorroïdes sont des varices se situant dans la veine de l’anus et du rectum. Les personnes sujettes à cette maladie sont nombreuses et ont leur cause particulière. La poussée des hémorroïdes peuvent alors se manifester chez la femme enceinte lors de la période de gestation ou encore chez les personnes qui consomment une forte dose de piment et d’autres dont la profession les obligent à s’assoir fréquemment ou à rester debout trop longtemps… Pour les reconnaitre, les indices à considérer sont les douleurs, les démangeaisons et les irritations au niveau de l’anus. Le plus grand signe détectable reste les boules au niveau de l’anus. Mais comment peut-on lutter contre les hémorroïdes ?

Comment les prévenir et les soigner ? Il existe plusieurs solutions pour diminuer et soigner les hémorroïdes, les deux solutions les plus utilisées restent néanmoins la médecine moderne et le passage à un traitement naturel. Ce dernier est le plus riche en conseils car la nature offre plusieurs possibilités pour traiter ce phénomène.

La médecine moderne, entre pommades et chirurgies

Le passage à un traitement médicamenteux regroupe une myriade de méthodes pour traiter et soigner les hémorroïdes. On retrouve dans cette rubrique les diverses crèmes à bases de corticoïdes. Utilisées localement sur la partie infectée, elles doivent être prescrites par le médecin. Elles visent à diminuer l’intensité de la douleur rapidement et à réduire la taille des hémorroïdes pour enfin les rendre à leurs états naturels. Hemapro Cream présentée en 60 ml fait partie de ces crèmes applicables. Elle soulage les inflammations, et réduit les démangeaisons. Les études ont d’ailleurs montré qu’elle aide à prévenir et à soigner les gênes dues aux hémorroïdes.

À part les crèmes, vous pouvez également recourir à l’usage des pommades qui peuvent aussi être appliquées localement mais cette fois-ci ne nécessite pas la prescription du médecin. Cependant, cela mérite toutefois son avis. Pour s’en procurer, il suffit juste d’aller en pharmacie et de demander des pommades anti-hémorroïdaires au pharmacien. Ces pommades ne sont pas toujours efficaces sur le long terme, ainsi pour bien les utiliser, il est important d’aviser votre docteur ou votre pharmacien sur vos symptômes, vos allergies et vos traitements en cours afin d’éviter toute contre indication.

L’usage des anti-inflammatoires pour atténuer la douleur

Outre les traitements locaux, on remarque aussi l’utilisation de médicaments par voie orale comme les anti-inflammatoires et les antis douleurs. Il faut souligner que ce traitement n’est que temporaire et ne guéri pas les hémorroïdes, mais contribue seulement à atténuer votre douleur. L’automédication n’est pas une bonne idée si vous voulez recourir à cette méthode de lutte contre l’hémorroïde car les anti inflammatoires sont des médicaments dangereux et nécessitent l’approbation et l’avis du médecin. Attention, des anti-douleurs sont à bannir lorsqu’on parle de crise hémorroïdaire. On peut citer parmi cela les aspirines et les ibuprofènes, qui sont strictement interdits de par leur cause probable d’entrainer de l’’hémorragie et le fait d’augmenter le risque de saignement pouvant alors causer d’autres maladies et nuire encore plus aux hémorroïdes. En ce qui concerne les médicaments à base de codéine, ils sont le plus souvent la cause de la constipation très nocive pour les hémorroïdes. De ce fait, ces médicaments sont donc strictement interdits.

L’intervention chirurgicale, une solution efficace mais risquée

En effet, des solutions radicales existent mais coûtent un peu plus cher que les autres méthodes. Il s’agit de l’intervention chirurgicale qui est souvent la dernière solution lorsque les traitements utilisés auparavant n’ont pas eu d’effet sur le patient. Cette intervention est risquée et très douloureuse. Par anesthésie locale, le chirurgien procède alors à l’intervention par extraction des caillots de sang qui se sont formés sous les veines de l’anus et du rectum. Le cas de thrombose hémorroïdaire en stade avancé nécessite souvent ce genre d’intervention chirurgicale.

La chirurgie peut provoquer des complications car durant l’opération, la fissure anale est très redoutée, et le risque d’hémorragie et d’incontinence anale est très élevé. Sans parler des risques microbiennes qui peuvent surgir, cette opération peut éventuellement causer l’accumulation de matières fécales dans le rectum, on parle alors de Fécalome.

Les méthodes naturelles pour soigner les hémorroïdes

Et oui, la nature joue un rôle très important pour notre santé. Elle nous procure plusieurs remèdes pour lutter contre les crises hémorroïdaires. Bien sûr, il faut noter que les traitements naturels n’ont pas de conséquences nocives sur l’état de santé, elles préviennent en avance différentes maladies. Pour bénéficier des bienfaits de la nature, il est mieux et nécessaire de s’en servir quotidiennement et non pas exceptionnellement lors de l’apparition des maladies. Pour prévenir les hémorroïdes, il ne suffit pas de les traiter, toujours est-il important de consommer des produits naturels et d’adopter des règles de vie pouvant contribuer à la prévention de cette maladie.

Une bonne hygiène de vie garantie une meilleure santé

La réponse à cette question consiste tout simplement à opter pour une bonne hygiène de vie et à respecter les règles d’or de l’alimentation saine. En effet, les principales causes de l’hémorroïde sont la constipation et le surpoids. Il vous suffit seulement de bien manger les fruits et légumes ainsi que les aliments fibreux comme les épinards et les bananes qui favorisent une bonne digestion. Comme astuce, nous vous conseillons de boire un verre d’eau chaque matin au réveil afin de mieux évacuer vos excréments et permettre un bon transit alimentaire. Tout au long de la journée, n’oubliez surtout pas de boire au moins 1,5 litre d’eau pour bien vous hydrater. Les aliments trop grasses comme les plats à emporter qui encouragent un excès de poids, peuvent causer cette maladie. Les plats épicés, pimentés sont à diminuer car ils provoquent le gonflement des hémorroïdes et entraînent la formation des caillots de sang sous les veines.

Pratiquer du sport peut s’avérer être bénéfique pour lutter contre les hémorroïdes, car comme mentionné ci-dessus, la graisse est particulièrement néfaste pour la santé et surtout pour la coagulation sanguine. Elle est la principale cause de la formation des caillots. La marche est le plus simple des sports et le plus efficace car le savez-vous, elle permet de détendre les muscles de la région pelvienne et diminue ainsi la pression exercée sur l’anus. Soulignons que la marche n’est pas un traitement pour faire disparaitre les hémorroïdes, mais elle participe à la gestion de la respiration quand les crises surviennent. Pour les personnes déjà atteintes, il vaut mieux arrêter les sports trop violents ainsi que les sports exerçant une grande pression sur l’anus tels l’équitation ou les randonnées sur des terrains accidentés.

L’utilisation des plantes est aussi un remède efficace pour traiter ce genre de problème

Les pommades à base de plantes naturelles sont idéales pour guérir les hémorroïdes, il vous suffit de consulter un homéopathe pour qu’il puisse vous conseiller sur les pommades dont vous auriez besoin. Parmi ces plantes, nous pouvons citer le cyprès et l’Hamamélis. À part les pommades, vous pouvez également préparer une infusion de thé de millefeuille ou molène que vous pouvez imbibée avec un coton et appliquer sur les zones que vous voulez traiter. La molène ou Verbascum est une herbe réputée pour le traitement sur la respiration, elle est souvent utilisée pour traiter les hémorroïdes internes et externes. Elle possède des propriétés astringentes c’est-à-dire qu’elle permet de cicatriser facilement et d’assécher les tissus. En contact de cette herbe, les vaisseaux sanguins des hémorroïdes vont donc se resserrer et le flux sanguin sera rétabli normalement. La molène peut être utilisée en trois manières : soit en humidifiant ses feuilles, soit en infusion ou encore par bouillon durant dix minutes. Ces moyens sont efficaces, faciles, économiques et n’entraîneront pas d’effets indésirables.

Des astuces et conseils naturels pour prévenir la poussée hémorroïdaire

Il est fort probable que les consignes suivantes ne vous ont jamais traversé l’esprit mais elles contribuent à la bonne circulation du flux sanguin. En effet, le port de vêtements trop serré empêche le sang de mieux circuler et étouffe les pores de la peau. Les soutifs trop serrés comme les strings sont à éviter si possible car leurs ficelles peuvent provoquer des lésions fortes, il en est de même pour les slips chez les hommes, le boxeur est le plus recommandé. N’hésitez donc pas à mettre des vêtements en coton dans lequel vous seriez à l’aise. Aussi, le fait de rester debout trop longtemps ou de rester assis trop longtemps appui fortement sur les zones de l’anus et peut causer la descente ou la poussée des hémorroïdes vers l’extérieur de l’anus.

Bien que les papiers toilettes soient indispensables pour tous, ils peuvent aussi créer la poussée hémorroïdaire. À cause de ses caractéristiques sèches et rugueuses, ils irritent facilement la peau surtout l’anus qui est une zone fine et très sensible. Privilégiez plutôt le lavage avec de l’eau, c’est plus propre et sain ! Pourquoi ne pas essayez les lingettes de bébé ? Et oui, elles ne comportent pas de produits chimiques et grâce à leur humidité l’anus n’est pas trop asséché. Toujours est-il qu’il faut choisir la bonne marque et privilégier les lingettes vendues dans les pharmacies.

Le temps passé aux toilettes

Essayez de diminuer le temps de rester aux toilettes, car votre position assise favorise la pression sur la zone de l’anus. Plus vous restez longtemps aux toilettes, plus les risques de la poussée hémorroïdaire augmentent. Forcer l’expulsion des selles trop souvent est aussi interdit car il augmente la pression sur les vaisseaux sanguins présents dans le rectum. Encore, une étude scientifique a montré que la position pour expulser les selles jouent un rôle très important, la position à la turque accroupie naturelle est la seule qui aide à lutter contre les hémorroïdes. L’usage d’un tabouret sur lequel mettre vos pieds, permet de mieux faire les besoins, quant à la durée, elle est limitée à dix minutes maximum.

Se débarrasser des hémorroïdes externes, les petits conseils fondamentaux

Pour pouvoir dégonfler les veines dans la région anale et rectale, voici quelques conseils simples qui vous seront utiles :

Baignez- vous dans de l’eau chaude durant 15 à 20 minutes. À faire trois fois par jour, ce bain vous permettra de diminuer la douleur et ralentir le processus de gonflement des veines. Le mieux est de se baigner le plus naturel possible c’est-à-dire sans produits ni parfums qui peuvent nuire à la perméabilité de la membrane au niveau de l’anus.

Ensuite, appliquez une vaseline au niveau de l’anus, cette technique adoucit l’anus et lutte contre son assèchement. Avant ou après les toilettes, il agit comme un lubrifiant et aide à une bonne défécation. En outre, vous pouvez aussi appliquer des crèmes et huiles naturelles comme l’huile de coco ou l’Aloès Vera pour éviter la démangeaison et pour anesthésier la zone infectée. Lorsque les hémorroïdes deviennent trop douloureuses, les glaces peuvent servir d’anesthésie, il suffit juste de les envelopper pour les stériliser afin d’éviter tout contact avec les bactéries.

En fait, le principe de la défécation est indispensable à comprendre car plus on retient les selles, plus c’est dangereux pour notre santé. Il existe deux réflexes dont le reflexe recto-rectale involontaire et réflexe recto- anal. Ce mécanisme repose sur un principe simple : notre cerveau envoi un signal quand nos envies doivent être évacués hors du corps humain. Cette alerte peut se traduire par une pression de 50 cm3 au niveau de l’anus. Ce seuil de besoin est le seuil supportable par l’anus et le rectum. Allant au-delà de 300cm3, la pression hémorroïdaire commence à se montrer car les selles ne sont pas évacuées à temps. La pression devient alors de plus en plus fort et est mal supportée par l’anus d’où la formation des hémorroïdes. N’oubliez donc pas que plus vous vous retenez à expulser vos selles, plus le cerveau devient paresseux à envoyer des signes d’envies qu’il juge désormais inutile, c’est pourquoi la constipation apparaît chez certains individus.

Qu’en est-il des hémorroïdes durant la grossesse ?

Beaucoup de femmes sont victimes de la poussée hémorroïdaire pendant le troisième trimestre de leur grossesse ou après l’accouchement. Ce phénomène est dû au poids exercé par le bébé ainsi que la pression exercée au moment de l’accouchement pour les mères qui ont accouché par voie basse. La femme enceinte est plus exposée à ce problème que les autres personnes et ceci est du fait que les veines s’enflamment vite par la pression qu’exerce le fœtus. Ce n’est pas seulement les causes de cette crise. En effet, les hormones chamboulent vite la qualité et l’épaisseur du tissu au niveau de l’anus. Ainsi, un risque de dilatation peut survenir. Plus ce tissu sera fin, plus la femme enceinte est exposée au risque de la crise hémorroïdaire.

Selon les statistiques, 10% des femmes enceintes peuvent être la cible de cette maladie, et les enquêtes ont montré que les hémorroïdes peuvent avoir un caractère héréditaire. Demandez alors à vos proches s’ils sont aussi atteints, cela pourrait aider le docteur à mieux traiter votre problème.

Heureusement, des solutions existent pour agir contre les hémorroïdes chez les femmes enceintes

Restez attentives au signal que les intestins vous donnent ! Il est formellement interdit de retarder le besoin d’aller aux toilettes car il engendre à la fois la constipation mais aide cependant les hémorroïdes à se développer à l’extérieur. Certes, l’alignement du colon et de l’anus joue un rôle favorable à la prévention des hémorroïdes. Pour cela, mettez vous bien à l’aise en reposant vos pieds sur un tabouret aux toilettes.

Comme vous le savez déjà chers femmes enceintes, le port d’objets lourds peut présenter des risques pour votre grossesse. Il en est de même pour l’apparition des hémorroïdes, ne tentez surtout pas de faire l’expérience et déléguez à vos proches les tâches qui vous sont durs à faire. Aussi, n’oubliez surtout pas d’alléger le volume de votre sac à main.

Effectivement, être enceinte ne veut en aucun cas dire tomber malade, raillez cette manière de penser et pratiquer des sports légers, pour les connaitre, demandez à votre médecin. Seul lui pourra juger et vous recommander les exercices faciles à faire. Néanmoins le plus recommandé est l’exercice Kegel. Ce type d’exercice permet aux muscles de la zone ano-rectale et du vagin de se renforcer. C’est pourquoi, les médecins conseillent toujours de faire une marche lente de 20 à 30 minutes par jour.

La posture est une des variables la moins négligée lors de la période de la gestation. Beaucoup pense qu’il faut favoriser le port de chaussures plates lors de la grossesse, ce n’est pas faux mais les études ont montré que les chaussures plates ne garantissent pas le confort pour disperser et équilibrer de manière générale le poids. Porter des chaussures ayant au maximum 3cm de talons, car elle offre un meilleur confort pour le corps.

Il est très important de consulter au plus vite un médecin quand les hémorroïdes commencent à apparaître chez les femmes enceintes. Ce problème ne touche pas seulement la mère, mais aussi le fœtus, car il peut se sentir mal à l’aise dans l’utérus et le stress que la mère subit peut également influer son développement.